L’abbaye royale
du Val-de-Grâce

L’abbaye royale du Val-de-Grâce

L’abbaye du Val de Grâce @laurent_a_paris

Une abbaye fondée par Anne d’Autriche

La reine de France Anne d’Autriche pose le 3 juillet 1624 la première pierre de l’abbaye destinée à accueillir des bénédictines de l’abbaye du Val-Profond à Bièvres. La construction est lente, notamment à cause de la disgrâce de la reine en 1636. Après la naissance tant attendue d’un enfant royal en 1638, l’église est considérée par la reine comme un ex-voto dédié à la Vierge Marie : l’inscription latine sur le fronton le rappelle. La première communauté ne s’y installe qu’à partir de 1643. Très pieuse, la reine Anne d’Autriche aimera y faire retraite; elle s’y fait d’ailleurs aménager un somptueux pavillon.

L’abbaye du Val-de-Grâce : la façade ©NonOmnisMoriar

Le projet de François Mansart

Lorsqu’elle devient Régente en 1643, à la mort de Louis XIII, Anne d’Autriche décide de modifier le modeste couvent qui a été construit. Les plans de l’église sont confiés à l’architecte François Mansart. En 1646, Mansart est écarté du projet. Jacques Le Mercier reprend ses plans. Après sa mort, Pierre Le Muet, secondé par Gabriel Le Duc, achève l’édifice : il s’inspire de l’architecture italienne qu’il a pu admirer en séjournant à Rome.

L’abbaye du Val-de-Grâce : le chœur et le baldaquin baroque ©Stéphane Compoint

Une coupole inspirée de Saint-Pierre de  Rome

La façade de l’église est traditionnelle : elle reprend le thème très français de la façade à deux ordres superposés, ici l’ordre corinthien et l’ordre composite. Les colonnes jumelées du portique supportent un fronton triangulaire. Derrière le portique, des ailerons terminés en volutes sont à ajoutées à l’étage supérieur de la façade. L’église a une forme de croix latine, selon la tradition française. La majestueuse coupole s’élève au-dessus de la croisée du transept. Le Muet s’est inspiré du modèle de Saint-Pierre de Rome. La fresque de la coupole, « la gloire du Val de Grâce », représentant la Sainte Trinité au Paradis entourée de l’Eglise triomphante, avec deux cent personnages des deux testaments, est l’œuvre du peintre Pierre Mignard. Le somptueux maître-autel baroque, inspiré du baldaquin de Saint-Pierre de Rome, est commandé par Anne d’Autriche en 1665. Il est constitué de 6 colonnes torsadées en marbre. Le groupe sculpté représentant la Nativité est réalisé par Michel Anguier.

L’abbaye du Val-de-grâce : le pavillon d’Anne d’Autriche ©Stéphane Compoint

Un hôpital militaire

Tout en restant sobres, les bâtiments conventuels entourant le grand cloître sont plus majestueux et moins austères que ceux de l’abbaye de Port-Royal voisine. Les façades Est et Sud sont les plus élégantes. Pendant la Révolution, l’abbaye devient un hôpital militaire et bientôt un hôpital d’instruction des armées : l’école du Val-de-Grâce est née. Sur l’ancien potager, un nouvel hôpital militaire est inauguré en 1979. Dans une optique d’économies, un transfert des activités médicales vers les hôpitaux de Clamart et Saint-Mandé a été décidé en 2014.

L’abbaye du Val-de-Grâce : le cloître

Le musée de service de santé des Armées

Aujourd’hui, les anciens bâtiments abbatiaux abritent le musée du service de santé des Armées, la bibliothèque centrale du service de santé et l’école du Val-de-Grâce. Né en avril 1918, le musée du service de santé des Armées a été rénové en 1998. Enrichi de l’exceptionnelle collection léguée par le docteur Debat, c’est un véritable outil de transmission des connaissances sur l’évolution de la médecine militaire et des conditions de prise en charge des soldats au combat. Il est préférable d’appeler le musée (01 40 51 51 92) pour connaître les horaires d’ouverture.

L’abbaye du Val-de-Grâce : les bâtiments conventuels

Pour l’architecte François Mansart, voir également l’église de la Visitation Sainte-Marie, l’hôtel de la Vrillière, l’hôtel de Guénégaud, l’hôtel Carnavalet, le couvent des Feuillants, la Bibliothèque nationale, le couvent des Minimes, l’hôtel Bouthillier de Chavigny.

Pour l’architecte Jacques Lemercier, voir également le Palais-Royal, la chapelle de la Sorbonne, le palais du Louvre, le temple de l’Oratoire du Louvre, le palais du Luxembourg.

Pour l’architecte Pierre Le Muet, voir également l’église Notre-Dame des Victoires, l’hôtel de Laigue, l’hôtel de Saint-Aignan, la Bibliothèque nationale de France, l’hôtel de Comans, l’hôtel Colbert de Torcy, l’hôtel de Nevers.

Pour l’architecte Gabriel Le Duc, voir également l’église Saint-Louis en l’Ile, l’église Notre-Dame des Victoires.

L’abbaye du Val-de-Grâce : le dôme d’inspiration italienne

Source :
Guide du Patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1994.

Adresse : Place Alphonse Laveran

Métro : Luxembourg (RER B)

Arrondissement : 5e

Téléphone : 01 40 51 51 92