L’église Saint-Roch

L’église Saint-Roch

L’église Saint-Roch est un des meilleurs exemples parisiens de grande église classique du XVIIe siècle.

L'église Saint-Roch - La façade

L’église Saint-Roch – La façade

La signature de grands architectes

En 1653, les plans de construction d’une église dédiée aux cinq plaies du Christ et à Saint-Roch sont confiés à Jacques Lemercier (1585-1654) qui meurt l’année suivante.

La construction s’étale jusqu’en 1722 et les plus grands architectes s’y succèdent : Jules Hardouin-Mansart, puis Pierre le Muet. Saint-Roch est l’un des églises les plus vastes de Paris, longue de 126 mètres.

La magnifique façade à deux étages est réalisée par Jules-Robert de Cotte en 1738-1739 sur les plans de Robert de Cotte, son père. Son dessin s’inspire de l’église du Gésu à Rome. Au premier niveau, des colonnes doriques soutiennent l’entablement décoré d’une frise de triglyphes et de métopes à décor circulaire. Au deuxième niveau, des colonnes corinthiennes soutiennent le fronton central décoré d’une grande coquille.

L'église Saint-Roch - La nef

L’église Saint-Roch – La nef

Une vaste église classique

A l’intérieur, la nef est de style classique, rythmée par des piliers carrés habillés de pilastres doriques. Sa voûte est en berceau, dite voûte à pénétration. Le chœur possède également une magnifique voûte repeinte par Adolphe Roger au XIXe siècle.

L’élément décoratif le plus remarquable de cet église est la chapelle de la Vierge, de style baroque. Réalisée par Jules Hardouin-Mansart, cette chapelle est composée d’un vaisseau central elliptique, entouré d’un déambulatoire. Ses arcades en plein cintre sont surmontées d’un tambour percé de vitraux à motifs baroques. L’ensemble est coiffé d’une coupole ovale peinte par Jean-Baptiste Pierre.

Des tableaux remarquables

Le mobilier, les sculptures et les nombreuses peintures décorant Saint-Roch sont remarquables : «Le Christ au jardin des oliviers» d’Étienne-Maurice Falconet, un buste d’André Le Nôtre et un autre de François de Créqui par Coysevox, une Nativité et un Christ en croix par Michel Anguier, « Résurrection du fils de la veuve de Naïm » par Eustache Le Sueur, « Godefroy de Bouillon » par Claude Vignon, « Présentation du Christ au Temple » par Jean Restout, « le baptême de l’eunuque » et « Saint François Xavier » baptisant un indien » par Théodore Chassériau.

Un épisode sanglant de la Révolution

Un épisode sanglant de notre histoire s’est déroulé devant le parvis de Saint-Roch : lors de la journée du 13 vendémiaire, le général Bonaparte fait tirer au canon sur les insurgés royalistes, en tuant un grand nombre.

L’église Saint-Roch est ouverte tous les jours de 8h30 à 19h.

Pour l’architecte Jules-Hardouin Mansart, voir également la place Vendôme, l’hôtel des Invalides, la place des Victoires, l’hôtel Mansart de Sagonne, l’hôtel de Chaulnes.

Source :
Guide du Patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1994.