La synagogue
de la rue Pavée

La synagogue de la rue Pavée

La synagogue de la rue Pavée

La synagogue de la rue Pavée

La synagogue de la rue Pavée est le seul édifice religieux construit par l’architecte Hector Guimard, chef de file du mouvement Art nouveau en France. Guimard est choisi par l’association Agoudath Hakehiloth, regroupant 9 sociétés israélites orthodoxes issues de Russie et d’Europe centrale, sur les conseils de sa future épouse, Adeline Oppenheim, nièce de Joseph Landau, le fondateur de l’association,.

La construction d’une synagogue destinée aux israélites orthodoxes s’explique par l’afflux de juifs orthodoxes à Paris, suite aux pogroms qui ont lieu en Russie entre 1903 et 1906, et à l’absence de lieu de culte dédié à leur communauté. Le financement se fait en partie sur les biens de Joseph Landau, courtier aux Halles, et en partie sur une souscription auprès des juifs du quartier. Cette synagogue n’est pas affiliée au Consistoire central israélite.

La synagogue de la rue Pavée - La nef

La synagogue de la rue Pavée – La nef

La parcelle disponible pour élever la synagogue est très étroite (12 m sur 30m) et oblige l’architecte à concevoir un volume très vertical. Pourtant, l’architecte réussit la prouesse de réaliser une façade mouvementée et ondulante, donnant ainsi l’illusion d’une façade plus ample. La verticalité de l’édifice est renforcée par les étroites fenêtres verticales et les pilastres.

L’édifice est construit en béton armé, recouvert de pierre agglomérée creuse. Les motifs végétaux stylisés sont caractéristiques de l’Art nouveau, même si Guimard s’est assagi par rapport à ses premières œuvres. L’architecte fait encore ici œuvre totale en dessinant les garde-corps des tribunes, les boiseries, les chapiteaux et le mobilier. A l’intérieur, le volume est entièrement vertical. Les salles de cour et bureaux donnent sur la rue tandis que l’espace dédié au culte est placé à l’arrière. Des verrières au plafond et une haute baie vitrée sur le mur du fond éclairent la synagogue. Deux étages de tribunes s’élèvent au-dessus du sol.

La synagogue de la rue Pavée

La synagogue de la rue Pavée

A l’origine, il n’y a pas d’étoile de David au-dessus de la porte d’entrée. Seules les Tables de la Loi qui somment l’édifice laissent deviner sa fonction, peut-être par soucis de discrétion ou d’intégration au quartier. En octobre 1941, un attentat est perpétré contre la synagogue par le Mouvement social révolutionnaire, un parti d’extrême-droite.

Pour l’architecte Hector Guimard, voir également l’hôtel Mezzara, l’hôtel Guimard, l’immeuble Jassedé, l’école du Sacré-Cœur, le Castel Béranger, l’immeuble de bureaux rue de Bretagne.

Source :
Chadych (Danielle), Le Marais, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2010.

Adresse : 10 rue Pavée

Métro : Saint-Paul

Arrondissement : 4e

Téléphone :