L’hôtel de Bourbon-Condé

L’hôtel de Bourbon-Condé

L'hôtel de Bourbon-Condé - Le portail

L’hôtel de Bourbon-Condé – Le portail

L’hôtel de Bourbon-Condé est bâti entre 1781 et 1782 à la demande de Louis V de Bourbon-Condé, 8e prince de Condé. Edifié par l’architecte Alexandre-Théodore Brongniart, il est destiné à la fille du prince, Louise-Adélaïde de Bourbon-Condé (1757-1824), dite « Melle de Condé », abbesse de Remiremont puis du Temple. Elle fondera une communauté religieuse en 1816 : les bénédictines de l’Adoration perpétuelle du Saint Sacrement.

L'hôtel de Bourbon-Condé - La cour d'honneur au début du XXe siècle - Les bas-reliefs de Clodion sont encore présents sur les ailes

L’hôtel de Bourbon-Condé – La cour d’honneur au début du XXe siècle – Les bas-reliefs de Clodion sont encore présents sur les ailes

Après la Révolution, l’hôtel est plusieurs fois vendu et reste une demeure privée jusqu’en 1845. Il est habité successivement par Boucart van Robais (issus d’une famille de tisseurs d’Abbeville), puis par le marquis Charles-Aymar de Nicolaÿ. En 1845, la demeure est vendu à la Congrégation des pères mékhitaristes : les pères y fondent le collège arménien Samuel Morat qui ferme en 1880.

L'hôtel de Bourbon-Condé - La façade sur le jardin

L’hôtel de Bourbon-Condé – La façade sur le jardin

A partir de 1880, la comtesse de Chambrun fait restaurer l’hôtel par l’architecte Dainville. Son fils, le comte Aldebert de Chambrun, fondateur du Musée social, l’occupe par la suite. Il confie à l’architecte Emile Vaudremer (1829-1914) l’édification d’une chapelle néo-gothique dans les anciennes écuries.

L'hôtel de Bourbon-Condé - Le salon ovale habillé de pilastres ioniques

L’hôtel de Bourbon-Condé – Le salon ovale habillé de pilastres ioniques

De 1823 à 2008, l’édifice abrite l’Institut social familial et ménager, et sert de cadre à une école. En 2008, l’hôtel et son vaste jardin de 4.000 m2 sont vendus au roi de Bahreïn, Hamed ben Issa Al Lhalifa, pour la somme considérable de 66 millions d’euros. La demeure vient d’être entièrement restaurée.

L'hôtel de Bourbon-Condé - La chapelle néo-gothique

L’hôtel de Bourbon-Condé – La chapelle néo-gothique

Sur la rue Monsieur, l’hôtel se signale par un grand portail encadré de pilastres ioniques. Situé entre cour et jardin, le logis présente des façades d’une grande simplicité, appareillées à refends et percées de sobres baies. La façade sur la cour d’honneur est reliée à d’ élégantes ailes basses se prolongeant jusqu’au bâtiment sur rue. A l’origine, des bas-reliefs de Clodion décorent les ailes (voir illustration) : ils sont aujourd’hui au Metropolitan Museum de New-York. La façade sur le jardin est dotée au centre d’un bel avant-corps en forme de rotonde.L'hôtel de Bourbon-Condé - L'escalier

L’hôtel de Bourbon-Condé – L’escalierA l’intérieur, l’hôtel conserve plusieurs éléments anciens de qualité : le grand escalier, le salon ovale orné de pilastres ioniques et le boudoir de Melle de Bourbon. Des hôtels particuliers construits par Brongniart, l’hôtel de Bourbon-Condé est le mieux conservé. Au n°41 boulevard des Invalides, on aperçoit au-dessus des grilles le vaste jardin et la façade de l’hôtel.

L'hôtel de Bourbon-Condé - La cour d'honneur aujourd'hui

L’hôtel de Bourbon-Condé – La cour d’honneur aujourd’hui

 

Pour l’architecte Alexandre-Théodore Brongniart, voir également l’hôtel de Monaco, l’hôtel de Montesquiou-Ferenzac, l’hôtel Masseran, le couvent des Capucins, le palais Brongniart, l’hôtel de Besenval, l’hôtel de Montmorin, la maison Brongniart, l’église Saint-Louis d’Antin.

Pour l’architecte Emile Vaudremer, voir également l’église Saint-Pierre de Montrouge, le temple protestant de Belleville, l’église Notre-Dame d’Auteuil, le lycée Buffon, la prison de la Santé, l’église Saint-Antoine des Quinze-Vingts.

Sources :
Colin-Bertin (Françoise), Guide du promeneur 7e arrondissement, Paris , Parigramme, 1995.
Commission du Vieux Paris, séance du 15 septembre 2010.

Adresse : 12 rue Monsieur

Métro : Saint-François-Xavier

Arrondissement : 7e

Téléphone :