Le palais Vivienne
L’hôtel de Montmorency-Luxembourg

Le palais Vivienne L’hôtel de Montmorency-Luxembourg
Le palais Vivienne : l'un des salons

Le palais Vivienne : l’un des salons

L’ascension fulgurante de Thomas de Rivié

Fils d’un maréchal-ferrant de l’Aveyron, Thomas de Rivié (1653-1732) doit son ascension sociale à l’amitié que lui porte Louvois, ministre de Louis XIV. Rivié s’enrichit grâce à la fourniture de chevaux pour l’armée. En 1704, il achète une charge de secrétaire du roi, sésame pour accéder à la noblesse au bout de 20 années d’exercice. La même année, il confie à l’architecte Pierre Cailleteau, dit Lassurance, la construction d’un hôtel particulier pour son propre compte.

L’entrée de l’hôtel est située rue Saint-Marc : un haut portail en plein cintre encadré de colonnes ioniques doubles mène à la cour d’honneur. A l’arrière, les jardins s’étendent jusqu’au grand cours, promenade à la mode à cette époque, appelée aujourd’hui «les Grands Boulevards».

L'hôtel de Montmorency-Luxembourg - La façade sur le jardin vue du grand cours

L’hôtel de Montmorency-Luxembourg – La façade sur le jardin vue du grand cours

Sur la cour, le logis en pierre de taille est centré sur un étroit avant-corps d’une seule travée. Il est encadré d’ailes en retour sur la cour, aux toitures indépendantes.

Sur le jardin, l’avant-corps est plus majestueux : comportant trois travées, il est surmonté d’un fronton sculpté et couvert d’un toit à pans brisés. Il abrite au rez-de-chaussée la plus belle pièce de la maison, le grand salon ouvrant sur le jardin. Les dessus de porte sont réalisés par les peintres Charles-Joseph Natoire et Noël Hallé. Le corps central est encadré de pavillons en ressaut.

Elévation du bâtiment sur la rue

Elévation du bâtiment sur la rue

L’hôtel Desmarets

A peine achevé, l’hôtel est revendu le 16 octobre 1710 car Rivié doit désormais résider à Versailles pour mener ses activités au plus près du pouvoir royal.

L’acquéreur de l’hôtel est Nicolas Desmarets (1648-1721), marquis de Maillebois. Neveu du grand Colbert, Desmarets, issu de la noblesse de robe, bénéficie du soutien de son oncle pour sa brillante carrière : d’abord conseiller au Parlement, il occupe les postes successifs de maître des requêtes, conseiller d’Etat, intendant des Finances, directeur des Finances, puis il est nommé contrôleur-général des finances en 1708.

Desmarets acquiert également l’hôtel touchant l’hôtel Rivié à l’Est, qui prend le nom de petit hôtel de Maillebois.

Elévation de la façade sur le jardin

Elévation de la façade sur le jardin

L’hôtel de Montmorency-Luxembourg

A la mort du contrôleur-général en son hôtel le 4 mai 1721, la propriété, comprenant les 2 hôtels, est vendue en 1723 à Charles 1er Frédéric de Montmorency, 6e duc de Piney-Luxembourg. Puis son fils Charles 2 Frédéric de Montmorency (1702-1764), 8e duc de Piney-Luxembourg et 2e duc de Montmorency, prince d’Aigremont et de Tingry, lui succède. Il sera fait maréchal de France en 1757.

Les agrandissements de l’architecte Le Carpentier

Le duc fait agrandir l’hôtel. L’architecte Antoine-Matthieu Le Carpentier (1709-1773) est chargé de réaliser une aile sur le jardin et un kiosque chinois : outre un appartement de bain et un salon, il aménage une salle à manger formant un pavillon donnant sur la jardin. Les décors sculptés sont confiés à l’ornemaniste Nicolas Pineau tandis que Noël Hallé peint le plafond où des figures d’enfants symbolisent les 4 saisons.

L’architecte Firmin Perlin (1747-1783) intervient ultérieurement : il modernise la façade sur cour de l’hôtel en utilisant l’ordre colossal.

La palais Vivienne : salon de réception

La palais Vivienne : salon de réception

Un dépôt de livres sous la Révolution

Sous la Révolution, les Montmorency-Luxembourg émigrent. L’hôtel est saisi : il sert de dépôt pour les ouvrages confisqués aux congrégations religieuses et aux aristocrates émigrés. Plus de 100.000 ouvrages y sont stockés.

Le percement du passage des Panoramas

En 1800, l’hôtel, vendu comme bien national en 1797, est acquis par Henriette Berck, épouse de James Tayer. De nationalité américaine, Thayer installe 2 panoramas à l’entrée de la propriété, côté boulevard, qui vont devenir une attraction à la mode. Puis le passage des Panoramas est créé : il relie le boulevard à la rue Saint-Marc. A cette occasion, le rez-de-chaussée de l’hôtel est percé pour faire passer la galerie. Côté rue Saint-Marc, l’ancien portail de l’hôtel au n° 10 devient l’entrée du nouveau passage.

L'hôtel de Montmorency-Luxembourg : la façade Ouest de l'hôtel, donnant sur la rue Vivienne, rhabillée au XIXe siècle par Grisart

L’hôtel de Montmorency-Luxembourg : la façade Ouest de l’hôtel, donnant sur la rue Vivienne, rhabillée au XIXe siècle par Grisart

En 1808, le jardin de l’hôtel est à nouveau amputé pour construire le théâtre des Variétés. Les deux rotondes sont abattues en 1830, cette attraction étant passé de mode. La même année, le préfet accorde le prolongement de la rue Vivienne entre la rue Feydeau et le boulevard Montmartre. L’emprise de l’hôtel sur cette nouvelle voie va entrainer un « rabotage » de son aile Ouest.

L'hôtel de Montmorency-Luxembourg : l'ancien portail devenu l'entrée du passage des Panoramas - Début du XXe siècle

L’hôtel de Montmorency-Luxembourg : l’ancien portail devenu l’entrée du passage des Panoramas – Début du XXe siècle

Un rhabillage de la façade Ouest

Peu après, la spéculation immobilière aura raison de l’édifice : en 1834, l’architecte Jean-Louis Grisart dessine les galeries Feydeau, Montmartre, Saint-Marc et des Variétés, reliées au passage des Panoramas. L’hôtel de Montmorency-Luxembourg est encore amputé.

Grisart réussit à épargner une partie de l’aile Ouest : sur la rue Vivienne, au n°36, un entresol est créé et la façade est entièrement rhabillée. En élevant le regard,on identifie très bien les hautes fenêtres correspondant au 1er étage de l’hôtel d’origine. A l’intérieur, une grande antichambre, une chambre à coucher et un cabinet en partie amputé sont préservés.

Le cercle du duc de Chartres

Ce vestige de l’hôtel connaît encore un regain d’intérêt au cours du XIXe siècle : Charles-Philippe d’Orléans (1810-1842), duc de Chartres, fils du roi Louis-Philippe, y installe son cercle particulier comme c’est la mode à l’époque. Il meurt tragiquement dans un accident de chevaux le 13 juillet 1842 (voir la chapelle Saint-Ferdinand).

Ensuite, le 1er étage accueille un café, le « Café de l’Europe ». En 1906, le Cercle Central des Lettres et des Arts y tient ses réunions.

La palais Vivienne : salon de réception

La palais Vivienne : salon de réception

Le Palais Vivienne

Outre l’aile Ouest, le 1er étage du corps de logis est encore identifiable, même s’il a été surélevé et entièrement redistribué intérieurement. Il est visible depuis le passage Feydeau.

Un récent nettoyage de la façade Sud nous permet de mieux reconnaître la travée centrale de l’hôtel, telle que Lassurance l’a dessinée : la baie du 1er étage a été diminuée de hauteur mais elle conserve ses pilastres ioniques doubles. De même, les fenêtres situées de chaque côté de la travée centrale correspondent aux fenêtres d’origine; elles ont été largement modifiées et dénaturées. A l’intérieur subsistent de luxueux décors du XIXe siècle comprenant de très beaux salons qui se privatisent.

La polémique sur des dîners privés pendant la pandémie du Covid-19

Depuis 2015, le propriétaire du palais Vivienne, acquis pour 6 millions d’euros, est Pierre-Jean Chalençon. Cet homme d’affaires et de média (il a participé à plusieurs émissions de télé) est l’un des plus importants collectionneurs d’objets liés à l’empereur Napoléon 1er.

En mars et avril 2021, il fait l’objet d’une polémique, avec le chef Christophe Leroy, à propos de dîners privés organisés au palais Vivienne. En pleine pandémie du Covid-19, les deux hommes auraient organisé des dîners privés, sans port du masque et sans aucun respect des consignes sanitaires limitant les réunions privées à un petit nombre de participants. Une enquête est actuellement en cours.

L'hôtel de Montmorency-Luxembourg - La travée centrale est reconnaissable : la baie centrale du 1er étage, diminuée de hauteur, est encadrée de pilastres ioniques doubles - L'hôtel a été surélevé de plusieurs étages

L’hôtel de Montmorency-Luxembourg – La travée centrale est reconnaissable : la baie centrale du 1er étage, diminuée de hauteur, est encadrée de pilastres ioniques doubles – L’hôtel a été surélevé de plusieurs étages

Les salons du palais Vivienne peuvent se visiter sur réservation ou se privatiser pour des événements : www.palaisvivienne.co/#visite-privee

Pour l’architecte Pierre Cailleteau dit Lassurance, voir également l’hôtel de Lassay, l’hôtel de Rothelin-Charolais, le Palais-Bourbon, l’hôtel de Maisons, l’hôtel de Roquelaure, l’hôtel de Rohan-Montbazon.

Pour l’architecte Antoine-Matthieu Le Carpentier, voir également l’hôtel de La Guiche, le collège de Navarre, la Folie-Bouëxière, le palais Bourbon.

Pour l’architecte Firmin Perlin, voir également l’hôtel de Mercy-Argenteau.

Sources :
Gallet (Michel), Les architectes parisiens au XVIIIe siècle, Paris, Mengès, 1995.
Leborgne (Dominique), Guide du promeneur 2e arrondissement, Paris, Parigramme, 1995.
www.hotelmontmorency.online.fr

Adresse : passage Feydeau

Métro : Grands Boulevards

Arrondissement : 2e

Téléphone :

VISITES GUIDÉES