Les Hautes Formes

Les Hautes Formes

Les Hautes-Formes

Une nouvelle spatialité

L’architecte Christian de Portzamparc est chargé de réaliser en 1979 un ensemble de 210 logements sociaux en collaboration avec Georgia Benamo. Dans ce quartier de gratte-ciels, il imagine un petit îlot urbain composé de plusieurs immeubles de gabarits différents et traversé par une rue centrale. A cette époque, la construction de tours de grande hauteur n’est plus à l’ordre du jour dans Paris.

Les Hautes Formes

Côté sud-ouest, les immeubles sont moins élevés afin de faciliter l’entrée du soleil. De plus, l’architecte souhaite offrir aux habitants des lieux intimes. De cette organisation spatiale découlent les formes et les ambiances : grande variété des ouvertures, changements d’échelle, volumes morcelés, hauteurs variables, absence de répétition. Christian de Portzamparc démontre dans ce projet de jeunesse son sens de l’espace, du rythme et de la musicalité dans l’architecture. Il y privilégie la monochromie avec le blanc.

Les Hautes-Formes

Le concept de l’îlot ouvert

Aux Hautes Formes, Portzamparc applique pour la première fois sa théorie de l’îlot ouvert : cette morphologie offre aux habitants des lieux intimes, des points de vue multiples, des transparences vers la ville. Son architecture est conçue comme un parcours visuel et spatial. Théorisé par Porztamparc dans les années 1980, ce concept d’îlot ouvert s’oppose à deux autres modèles : l’ îlot haussmannien entièrement fermé et doté d’une cour intérieure, et le plan ouvert des grands ensembles (appliqué en France du milieu des années 1950 au milieu des années 1970) où les immeubles sont déconnectés des rues. Les Hautes Formes ont été labellisées « Patrimoine du XXe siècle ».

Les Hautes Formes

Le quartier Masséna

En 1994-1995, Christian de Portzamparc, cette fois-ci en tant qu’urbaniste, appliquera à grande échelle le concept de l’îlot ouvert dans l’aménagement du quartier Massena de la ZAC Rive Gauche.

Pour l’architecte Christian de Portzamparc, voir également le musée Antoine Bourdelle, le conservatoire Erik Satie, la Cité de la Musique, le Palais des congrès, le siège du journal le Monde, l’hôtel Renaissance, les logements rue Nationale.

Les Hautes Formes

Sources :
Langlois (Gilles-Antoine), Guide du promeneur 13e arrondissement, Paris, Parigramme, 1996.
Le Dantec (Jean-Pierre), Christian de Portzamparc, Paris, Le Regard, 1995.

Les Hautes-Formes

Adresse : Rue des Hautes-Formes

Métro : Olympiades

Arrondissement : 13e

Téléphone :