Le château de Grosbois

Le château de Grosbois

Le château de Grosbois ©www.tourisme-valdemarne.com

Un somptueux château du XVIIe siècle

Le surintendant des Finances et des Bâtiments du roi, Nicolas de Harlay, baron de Sancy, est à l’origine de la construction de cette magnifique demeure. Les travaux sont confiés en 1597 à un entrepreneur parisien, Nicolas Fournier, mais ils s’arrêtent deux ans plus tard à sa mort. Inachevé, le château est vendu en 1616 à Charles de Valois, comte d’Auvergne. Ce personnage royal est le fils naturel de Charles IX et de Marie Touchet (voir la maison de Marie Touchet). La construction du château semble être achevée en 1640, en partie par l’architecte et ingénieur Jean Thiriot.

La grand originalité de cette demeure réside dans sa composition : côté cour d’honneur, le logis est incurvé en forme d’exèdre, cantonné de pavillons auxquels se rattachent deux ailes perpendiculaires se terminant chacune par un gros pavillon. L’influence du grand architecte Jacques 1er Androuet du Cerceau est souvent avancée. Caractéristique des nombreux château brique et pierre construit sous Louis XIII, Grosbois présente une autre particularité : la brique en façade est porteuse et non pas utilisée en remplissage simplement décoratif. L’édifice est construit sur un terre-plein entouré de douves asséchées. Il est complété par une seconde cour bâtie à côté, la cour des communs. On y trouve les écuries mais également un jeu de paume.

Le château de Grosbois : le logis incurvé en forme d’exèdre

Des occupants prestigieux

En 1718, le domaine est vendu à Samuel-Jacques Bernard (voir l’hôtel Samuel-Jacques Bernard), fils du richissime financier Samuel Bernard. On lui doit les somptueuses boiseries du salon Régence. Parmi les propriétaires successifs, citons ensuite le ministre Louis Chauvelin, François Marie Peyrenc de Moras (fils du constructeur du célèbre hôtel Peyrenc de Moras, actuel musée Rodin), Paris Pierre-Paul Gilbert de Voisins le président du Parlement de  Paris, et enfin le comte de Provence, frère de Louis XVI.

Les travaux du maréchal Berthier, prince de Wagram

Sous l’Empire, Grosbois appartient à Louis-Alexandre Berthier, maréchal d’Empire et 1er prince de Wagram, qui s’attache à le faire embellir. Il fait notamment créer la bibliothèque, la galerie des batailles ( où huit grandes toiles représentent des batailles auxquelles il a participé), le salon de l’Empereur et le salon des Huissiers. La commande de mobilier est confiée à l’ébéniste Bellangé. Resté dans le descendance des Berthier de Wagram, le château se transmet en 1918 à la princesse Henri de La Tour d’Auvergne (voir l’hôtel de La Tour d’Auvergne), née Elizabeth Berthier de Wagram.

Château de Grosbois ©www.tourisme-valdemarne.com

La société d’encouragement à l’élevage du cheval français

En 1962, la société d’encouragement à l’élevage du cheval français achète le château et son domaine de 450 hectares aux héritiers. Il devient un centre d’entrainement pour les chevaux de course.

Visiter le domaine de Grosbois

Ce merveilleux château se visite uniquement sur réservation. Pour les individuels, il est possible de le visiter en préambule des concerts de musique classique qui y sont donnés un samedi par mois pendant la saison musicale (d’octobre à mars). Prochaines dates : samedi 11 décembre 2021, samedi 15 janvier 2022, samedi 5 février 2022, samedi 5 mars 2022. Il est également possible de le visiter un samedi par mois en participant aux visites organisées par ExploreParis ou de réserver une visite de groupe par leur biais. En plus du château, le centre d’entrainement et le musée des courses au trot proposent également des visites.

Le domaine de Grosbois ©www.tourisme-valdemarne.com

Accès en transport en commun : descendre au terminus Boissy-Saint-Léger de la ligne du RER A. Puis prendre le bus (lignes 12,21,23) direction Santeny, arrêt Tournebride.

Pour l’entrepreneur et architecte Jean Thiriot, voir également l’hôtel d’Hozier, l’hôtel Mégret de Sérilly, l’hôtel de Loynes, l’hôtel de Marle, l’hôtel de Canillac, l’hôtel Duret de Chevry, l’hôtel Tubœuf, l’hôtel de Lauzon, l’hôtel de Vigny, l’hôtel Boula de Quincy.

Sources :
Guide du patrimoine Ile-de-France, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1992.
Domaine de Grosbois

Adresse : Allée du Mail, 94470 Boissy-Saint-Léger

Métro :

Arrondissement :

Téléphone :