La chapelle
du collège de Beauvais

La chapelle du collège de Beauvais
Le collège de Dormans-Beauvais au XIXe siècle

Le collège de Dormans-Beauvais au XIXe siècle Dessin de Charles Fichot, 1861, Musée Carnavalet 

Jean de Dormans, évêque de Beauvais, fonde en 1370 le collège de Beauvais (ou Dormans-Beauvais). Il est destiné à offrir un enseignement supérieur à des étudiants boursiers. Comme tous les collèges parisiens au Moyen-Age, il est installé dans le quartier de la montagne Sainte-Geneviève. L’établissement est l’un des plus importants bâtiments civils de la fin du règne de Charles V. Son architecte est bien connu : Raymond du Temple (mort en 1404) est l’architecte officiel du roi. Il a conduit les travaux d’aménagement du Palais du Louvre et du château de Vincennes.

L’édification du collège dure de 1375 à 1383. Elevé en fond de cour, le logis comporte un magnifique escalier à vis construit hors-œuvre. La chapelle Saint-Jean l’évangéliste est dotée de vitraux aujourd’hui conservés au musée Carnavalet. La nef gothique est visiblement inspirée de la saint Chapelle.

La chapelle du collège de Beauvais

La chapelle du collège de Beauvais

Au XVIIe siècle, le collège devient un haut lieu du Jansénisme. Le théologien Antoine Arnauld (1612-1694), surnommé Le Grand Arnauld, et Isaac Le Maistre de Sacy (1613-1684), théologien de Port-Royal-des-Champs, ont compté parmi les prestigieux élèves du collège. Par sa grande réputation, le collège accueille d’autres étudiants qui deviendront célèbres : Savinien de Cyrano (plus connu sous le nom de Cyrano de Bergerac), Boileau, l’architecte Claude Perrault et son frère Charles. En 1763, le collège de Beauvais est rattaché au collège Louis-le-Grand. En 1767, ses locaux sont cédés au collège de Lisieux.

La chapelle du collège de Beauvais - L'iconostase et à l'arrière, le chœur

La chapelle du collège de Beauvais – L’iconostase et à l’arrière, le chœur

Sous la Révolution, le collège ferme et devient le siège de la section révolutionnaire de la montagne Sainte-Geneviève. Sous le 1er Empire, il est transformé en atelier de confection puis en caserne. En 1865, il est acheté par les Dominicains qui le sauvent provisoirement de la destruction. Ils en sont chassés par un décret de 1880 qui les expulse de France. En 1882, la couronne de Roumanie se porte acquéreur de la chapelle dans le but d’accueillir les fidèles de rite orthodoxe roumain en exil à Paris. La chapelle prend le nom d’église des saints Archanges. C’est encore aujourd’hui le lieu de culte pour cette communauté. Les bâtiments du collège ont quant à eux été démolis. Le tympan de la façade de l’église est décoré d’une mosaïque représentant les 3 saint Archanges Michel, Gabriel et Raphaël. A l’intérieur, une iconostase néo-gothique sépare la nef et le chœur. L’église des saints Archanges est ouverte au moment des offices.

Pour l’architecte Raymond du Temple, voir également le Palais du Louvre.

Sources :
Dreyfuss (Bertrand), Guide du promeneur 5e arrondissement, Paris, Parigramme, 1996.
Assemblée des évêques orthodoxes de France

Adresse : 9bis rue Jean de Beauvais

Métro : Maubert-Mutualité

Arrondissement : 5e

Téléphone :