Ambassade de Roumanie
L’hôtel de Béhague

Ambassade de Roumanie L’hôtel de Béhague

L’hôtel de Béhague - Façade sur le jardin

L’hôtel de Béhague – Façade sur le jardin ©Ambassade de Roumanie 

L’architecte Hippolyte Destailleur (1822-1893) construit en 1866-1867 un grand hôtel particulier pour la comtesse Victoire-Félicie de Béhague mais cet hôtel est entièrement démoli ultérieurement. En 1868, le même Destailleur construit sur le même terrain un petit hôtel particulier dans le style Louis XV destiné à Octave de Béhague, le fils de la comtesse de Béhague. A l’intérieur, d’importantes boiseries datant du XVIIIe siècle sont remontées.

L'hôtel de Béhague : la façade sur cour est dominée par un imposant fronton triangulaire que l'on aperçoit de la rue.

L’hôtel de Béhague : la façade sur cour est dominée par un imposant fronton triangulaire que l’on aperçoit de la rue.

De 1895 à 1904, cet hôtel est agrandi par l’architecte Walter-André Destailleur (fils d’Hippolythe Destailleur) pour le compte de la fille d’Octave de Béhague. Cette richissime héritière est mariée au comte de Galard de Béarn.

L’hôtel de Béhague : l'escalier d'honneur

L’hôtel de Béhague : l’escalier d’honneur ©Ambassade de Roumanie 

A l’intérieur, le grand escalier est inspiré de l’escalier de la Reine à Versailles. Il est habillé de somptueux marbres polychromes. La salle de bal, appelée également Salon d’Or, renferme de magnifiques boiseries rocaille. La magnifique salle à manger, décorée d’un tableau de Boucher , « La Re-Naissance de Vénus », est habillée de marbres polychromes dans le goût de Versailles.

L’hôtel de Béhague : la salle à manger

L’hôtel de Béhague : la salle à manger ©Ambassade de Roumanie 

La pièce la plus surprenante est la salle byzantine ajoutée en 1898. Reprenant la disposition des églises byzantines, cette salle de concert et de théâtre peut accueillir 600 personnes. C’est le plus grand théâtre privé de Paris. Pendant trente ans, la comtesse de Béarn accueille dans son hôtel les plus grands artistes invités à y interpréter leurs œuvres : Gabriel Fauré y dirige son requiem. En 1909, Isadora Duncan y danse.

L’hôtel de Béhague : la salle byzantine

L’hôtel de Béhague : la salle byzantine ©Ambassade de Roumanie 

A la mort de la comtesse en 1939, l’hôtel de Béhague est vendu. La République de Roumanie y installe son ambassade. La « Byzance du VIIe arrondissement », comme la surnommait Robert de Montesquiou, est régulièrement ouverte au public au moment des Journées Européennes du Patrimoine.

Pour l’architecte Hippolythe Destailleur, voir également l’hôtel Cahen d’Anvers, l’hôtel de Broglie-Haussonville.

Pour l’architecte Walter-André Destailleur, voir également l’hôtel de Errazu, l’hôtel Wildenstein, l’hôtel Louis Renault, l’hôtel Berthier de Wagram, l’hôtel de Crillon.

L'hôtel de Béhague - La salle de bal ou salon d'Or

L’hôtel de Béhague – La salle de bal ou salon d’Or ©Ambassade de Roumanie 

Sources :
Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 2008.
Ambassade de Roumanie

Adresse : 123 rue Saint-Dominique

Métro : Ecole Militaire

Arrondissement : 7e

Téléphone : 01 47 05 10 46