L’hôtel de Lauzon
Annexe du lycée Victor Hugo

L’hôtel de Lauzon Annexe du lycée Victor Hugo
L'hôtel de Lauzon : le revers du bâtiment sur rue et l'aile droite

L’hôtel de Lauzon : le revers du bâtiment sur rue et l’aile droite

Denise Gaudart fait édifier en 1620 cet hôtel particulier par le maître maçon Jean Thiriot. A sa mort, la demeure échoit à sa fille Marie, épouse de Jean de Lauzon, maître des requêtes et président au Grand Conseil.

Le président de Lauzon est par la suite intendant de Provence et de Guyenne, puis gouverneur du Canada et conseiller d’État. C’est également un grand collectionneur qui possède une remarquable collection numismatique.

En 1632, l’hôtel est vendu aux religieuses dominicaines de Saint-Thomas. En 1640, la demeure est revendue à Dominique de Ferrary, seigneur de Revollé et La Marselle, conseiller du roi. Ses descendants la conservent jusqu’en 1741.

L'hôtel de Lauzon : détail du fronton

L’hôtel de Lauzon : détail du fronton

En 1862, le bronzier d’art Raingo frères, fournisseur de Napoléon III, rachète l’hôtel pour y installer ses ateliers. En 1938, l’Etat s’en porte acquéreur. C’est aujourd’hui l’annexe Epernon du collège Victor Hugo.

Sur rue, l’hôtel est caché par deux maisons locatives. Au n°102, le portail d’époque Louis XV mène à la cour d’honneur. Au revers du bâtiment sur rue, la façade est décorée de chaque côté du passage cocher de pilastres toscans au rez-de-chaussée, de pilastres ioniques au 1er étage et d’un fronton triangulaire au niveau des combles.

L’hôtel est situé au fond entre cour et jardin (ce dernier est devenu la cour de récréation…). Côté cour, le logis (surélevé) est encadré de deux ailes perpendiculaires. L’ensemble des façades est habillé de chainages de pierre en harpe encadrant les fenêtres et de fausse brique peinte.

L'hôtel de Lauzon : la rampe d'escalier

L’hôtel de Lauzon : la rampe d’escalier

A l’intérieur, l’hôtel conserve un bel escalier muni d’une somptueuse rampe en fer forgé d’époque Louis XV, un petit boudoir ovale orné de boiseries néo-classiques et plusieurs pièces habillées de boiseries de style Régence et Louis XVI.

Abritant un établissement scolaire, l’hôtel de Lauzon n’est pas ouvert à la visite.

Pour l’entrepreneur et architecte Jean Thiriot, voir également l’hôtel d’Hozier, l’hôtel de Loynes, l’hôtel Mégret de Sérilly, l’hôtel de Canillac, l’hôtel de Marle, l’hôtel Tubœuf, l’hôtel Boula de Quincy, l’hôtel de Vigny, l’hôtel Duret de Chevry.

Sources :
Chadych (Danielle), Le Marais, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.
Gady (Alexandre), Le Marais, Guide historique et architectural, Paris, Le Passage, 2002.
www.ac-paris.fr/serail/jcms/s2_1792490/fr/l-annexe-epernon

Adresse : 100-104 rue Vieille du Temple

Métro : Saint-Sébastien-Froissard

Arrondissement : 4e

Téléphone :

VISITES GUIDÉES