Collectif Coulanges
L’hôtel de Coulanges

Collectif Coulanges L’hôtel de Coulanges

L'hôtel de Coulanges - La façade sur cour

L’hôtel de Coulanges – La façade sur cour

Un logis formant un L en plan est construit vers 1627-1634 pour un conseiller et secrétaire du roi, Jean-Baptiste Scarron de Saincy. La propriété est acquise en 1640 par Philippe II de Coulanges, conseiller du roi et maître à la Chambre des Comptes. Outre sa famille, Coulanges y recueille sa nièce orpheline, Marie de Rabutin-Chantal, qui deviendra par son mariage la marquise de Sévigné; elle habitera l’hôtel Carnavalet.

En 1660, l’hôtel est agrandi par Philippe-Emmanuel de Coulonges (fils de Philippe II) : le logis est agrandi dans sa longueur, l’aile gauche est créée et l’aile droite remaniée. Cette dernière est percée de cinq arcades sommées de mascarons de femmes et d’un homme barbu, allégories des quatre saisons.

En 1662, l’hôtel est acquis par un puissant personnage, le chancelier Michel Le Tellier (1603-1685), qui possédait déjà l’hôtel voisin. Son magnifique tombeau est conservé dans l’église Saint-Gervais. En 1703, le fils du chancelier cède la propriété à un fermier-général, Edme Beaugier. Sous ses directives, de nombreux travaux font évoluer l’hôtel vers sa forme actuelle : le bâtiment sur rue est remplacé par un mur percé d’un portail cintré.

L'hôtel de Coulanges : la façade sur le jardin

L’hôtel de Coulanges : la façade sur le jardin

En 1740, Louis-Etienne Chabenat, comte de Bonneuil, conseiller au Parlement, rachète la demeure. Son fils l’agrandit vers 1748 en la réunissant un autre hôtel situé rue des Rosiers, les deux hôtels communiquant par leurs deux jardins réunis. Vers 1770, il fait ajouter un 2e étage à l’hôtel de Coulanges ainsi que la rotonde côté jardin. En 1775, Bonneuil cède l’hôtel de Coulanges à Durand-Pierre Puy de Verine, maître ordinaire des comptes, qui sera guillotiné sous la Révolution.

Voué au commerce à partir du XIXe siècle, l’hôtel est parasité par des bâtiments industriels construit sur le jardin. En 1961, il est menacé de destruction mais est sauvé grâce à une pétition d’habitants du quartier. Acquéreur en 1978, la Mairie de Paris le restaure et y accueille la Maison de l’Europe, une association qui forme et informe sur la citoyenneté européenne.

En avril 2017, la Maison de l’Europe déménage au n°29 avenue de Villiers. Dans le cadre du concours « Ré-inventer Paris » organisé par la Ville de Paris, un projet de reconversion de l’hôtel de Coulanges a été retenu. Porté par le Collectif Coulanges impulsé par Patrick Hazan, il consiste à créer un hub où créateurs de mode, stylistes et entrepreneurs pourront se rencontrer et porter ensemble des projets de création. Collectif Coulanges devrait ouvrir en 2021.

En empruntent le n°10 rue des Rosiers, vous accéderez à l’insolite jardin des Rosiers, qui réunit les jardins de l’hôtel d’Albret, de l’hôtel Barbe et de l’hôtel de Coulanges.

Sources :
Chadych (Danielle), Le Marais, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 1995.
Gady (Alexandre), Le Marais, Paris, Le Passage, 2002.
www.paris-europe.eu

Adresse : 35-37 rue des Francs-Bourgeois

Métro : Saint-Paul

Arrondissement : 4e

Téléphone :