Le théâtre de l’Odéon

Le théâtre de l’Odéon

Le théâtre de l’Odéon est un édifice néo-classique construit à la fin du règne de Louis XVI.

Le théâtre de l’Odéon

Le théâtre de l’Odéon

Une nouvelle salle pour la Comédie Française

A l’emplacement de l’hôtel de Condé, les architectes Marie-Joseph Peyre (1730-1785) et Charles de Wailly (1730-1798) sont chargés à partir de 1767 de concevoir une nouvelle salle accueillant la Comédie Française.

Destiné à devenir le centre d’attraction du quartier, le théâtre est construit de manière isolé, dans l’axe d’une nouvelle artère, la rue de la Comédie. Ce parti limite les risques d’incendie et est une première à Paris.

Un bâtiment inspiré de Palladio

Le théâtre est conçu à la manière d’un temple antique dédié à Apollon, dieu du théâtre. Par ses formes cubiques et l’absence de décoration, l’édifice exprime déjà lestyle néo-classique. Sa composition s’inspire de l’œuvre de l’architecte Palladio : le théâtre est flanqué de deux pavillons reliés à lui par une arche, reprenant la typologie de certaines villas palladiennes.

L’entrée du bâtiment est précédée d’un portique reposant sur huit colonnes doriques. L’ entablement du portique reprend le motif de la frise dorique antique : une frise de triglyphes et de métopes de forme circulaire.

Le théâtre de l’Odéon - La salle

Le théâtre de l’Odéon – La salle

A l’intérieur le plan de la salle est circulaire : deux cercles se coupent, l’un délimitant la salle, l’autre la scène. Le théâtre est inauguré en 1783. Détruit par un incendie en 1818, il a été reconstruit à l’identique, à l’exception des pavillons qui ont disparu et du toit qui a été surélevé.

L’histoire et la description du théâtre de l’Odéon sont détaillées dans la visite guidée de Saint-Germain-des-Prés.

Pour l’architecte Charles de Wailly, voir également l’hôtel de la chancellerie d’Orléans et l’église Saint-Sulpice.

Pour l’architecte Marie-Joseph Peyre, voir également l’hôtel de Nivernais.

Sources :
– Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Hachette, 1994
– Saint-Germain-des-Près et son Faubourg, Dominique Leborgne, Parigramme, 2005.