Bureaux de la BNP
La maison Dorée

Bureaux de la BNP La maison Dorée
La maison Dorée - Bureaux de la BNP

La maison Dorée – Bureaux de la BNP

Sous l’Empire le café Hardy s’ouvre à cet emplacement. Il passe alors pour être l’un des endroits les plus chers de Paris. Mais un restaurant encore plus célèbre va le remplacer… La maison dorée. En 1838, l’architecte Victor Lemaire construit un luxueux immeuble dans le style néo-Renaissance sur le boulevard des Italiens. Le décor sculpté est éblouissant, attribué à Jean-Baptiste Klagmann, Auguste-Jean-Baptiste Lechesne, Gabriel-Joseph Garraud. La frise couronnant le premier niveau représente une étonnante scène de chasse grouillante d’animaux. Les dorures des balcons donnent son nom à l’édifice : la « maison dorée ».

A partir de 1840, Louis Verdier y ouvre un fameux restaurant. Le lieu sera considéré comme le meilleur restaurant de Paris, le plus mondain également, jusqu’à sa fermeture en 1902. A l’intérieur, le restaurant dispose de salons privatifs. L’aristocratie mais aussi des artistes comme Balzac ou Rossini le fréquentent assidûment.

Bureaux de la BNP - Extension sur la rue Taitbout

Bureaux de la BNP – Extension sur la rue Taitbout

En 1966, la Banque Nationale de Paris fusionne avec la Banque Nationale du Commerce et de l’Industrie (BNCI) et s’installe juste à côté, dans l’immeuble du n°16 boulevard des Italiens. En 1974, la banque BNP rachète la Maison Dorée et souhaite la remplacer par un immeuble neuf. La démolition de la Maison Dorée est évitée de justesse grâce à l’intervention du ministre de la Culture, Maurice Druon.

L’architecte Pierre Dufau a imaginé un bâtiment contemporain construit dans la continuité de la Maison Dorée côté rue Taitbout. Il prolonge la façade de la mythique maison par deux travées construites à l’identique sur le boulevard des Italiens. Il adjoint à l’édifice une extension contemporaine sur la rue Taitbout. Subtilement, la jonction entre les deux époques est assurée en douceur : la façade se prolonge par un étroit mur recouvert de pierre puis par une cavité plantée de verdure. Ensuite, un long mur-rideau en verre est rythmé de menuiseries verticales en aluminium. Au dernier étage traité en terrasse, un mur de verdure unifie aile ancienne et aile nouvelle. Des vitres noires remplacent les anciennes vitres de la Maison Dorée afin d’en augmenter les proportions et de souligner les façades de pierre.

La cité des Italiens

La cité des Italiens

L’architecte Victor Lemaire est également l’auteur de la cité des Italiens jouxtant la Maison Dorée, bâtie en 1839 aux n°1-3 rue Laffite. Ses cours intérieures ont disparu lors des agrandissements des bureaux de la BNP.

Pour l’architecte Pierre Dufau, voir également le palais des Sports, l’hôtel Pullman Paris Montparnasse, le Drugstore Publicis, l’ex-hôtel Hilton, l’ancien siège de la banque Rothschild – le groupe Médéric-Malakoff, le siège de Safran, le siège de la banque Louis-Dreyfus, le Héron Building, le Diamant bleu.

Sources :
Goldemberg (Maryse), Guide du promeneur 9e arrondissement, Paris, Parigramme, 1997.
Martin (Hervé), Guide de l’architecture moderne à Paris, Paris, Alternatives, 2010.
Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1994.

Adresse : 20 boulevard des Italiens et 2 rue Taitbout

Métro : Richelieu-Drouot

Arrondissement : 9e

Téléphone :