Les Bains Chantereine

Les Bains Chantereine

La cour des anciens Bains Chantereine nous replonge dans le Paris de l’Empire et de la Restauration.

Les Bains Chantereine : La façade des anciens bains au fond de la cour

Les Bains Chantereine : La façade des anciens bains au fond de la cour

A cet emplacement se dressait le théâtre Olympique construit en 1796 par l’architecte Louis-Emmanuel Damesme (1757-1822) dans le style néo-classique. La salle pouvait accueillir jusqu’à 1.100 spectateurs.

L’entrée principale se situait au n°15 rue Chantereine, rebaptisée rue de la Victoire. L’actuelle entrée avec sa grille portant le nom de l’établissement « Bains Chantereine » date de l’ouverture de la rue de Châteaudun.

Dès 1807, le théâtre devient une salle de bal et de concerts. Dans les années 1820, l’architecte François-Jacques Delannoy (1755-1835) transforme le théâtre en établissement de bain, « les bains Chantereine ».

Les Bains Chantereine : colonnes doriques surmontées d'une frise de métopes  à l'entrée des ailes latérales.

Les Bains Chantereine : colonnes doriques surmontées d’une frise de métopes à l’entrée des ailes latérales.

Avec l’ouverture du bassin de la Villette (1808) et du canal de l’Ourcq (achevé en 1822), une eau potable de meilleure qualité est acheminée vers Paris : les établissements de bains publics deviennent à la mode.

Au fond de la cour, l’immeuble a conservé son style néo-classique : colonnes doriques rondes et carrées, frise de métopes, petites fenêtres rectangulaires, murs striés de refends.

Les Bains Chantereine : le revers du bâtiment donnant sur la rue de Châteaudun

Les Bains Chantereine : le revers du bâtiment donnant sur la rue de Châteaudun

L’œuvre la plus célèbre de Louis-Emmanuel Damesme est le théâtre de la Monnaie à Bruxelles, construit en 1818-1819.

Pour l’architecte François-Jacques Delannoy, voir également la galerie Vivienne, l’hôtel de la Vrillière, le collège de Boncourt, le Conservatoire national supérieur d’Art dramatique.

Source :
– Goldemberg (Maryse), Guide du promeneur 9e arrondissement, Paris, Parigramme, 1995.

VISITES GUIDÉES