Le vestige
de la prison de la Petite Force

Le vestige de la prison de la Petite Force
La prison de la Grande Force

La prison de la Grande Force

L’hôtel de La Force

Entre le 14 et le 22 de l’actuelle rue Malhler s’élevait l’hôtel particulier du duc de La Force. En 1715, il le vend aux quatre frères Pâris, qui s’étaient constitués une fortune considérable dans les vives de l’armée et dans la finance.

La prison de la Grande Force

En 1754, le ministre de la Guerre, le comte d’Argenson, fait l’acquisition de l’hôtel pour le compte de la couronne. Des services administratifs y sont alors installés. En 1780, le ministre Necker décide de transformer l’édifice en une prison moderne pour hommes : elle accueille des détenus condamnés pour délits et dettes civiles. Aménagé par l’architecte Pierre Giraud, l’établissement pénitentiaire prend le nom de Grande Force.

La prison de la Petite Force

La prison de la Petite Force

La prison de la Petite Force

De 1785 à 1790, l’architecte Pierre Desmaisons est chargé de construire une annexe en bordure de la rue Pavée destinée aux femmes de mauvaise vie.

Pendant les massacres de Septembre (du 2 au 7 septembre 1792), 161 détenus sont massacrés, dont la princesse de Lamballe, surintendante de la Maison de la Reine. Sa tête est promenée dans Paris au bout d’une pique.

Les deux prisons continuent à fonctionner jusqu’en 1850, année où les prisonniers sont transférés dans la prison Mazas, rue de Lyon. Les deux prisons sont démolies en 1851.

Le pan de mur, seul vestige de la prison de la Petite Force

Le pan de mur, seul vestige de la prison de la Petite Force

A la jonction du 22 rue Pavée et du 22 rue Malher subsiste un pan de mur à bossages vermiculés. C’est le seul vestige de la prison de la Petite Force qui jouxtait l’hôtel de Lamoignon.

Pour l’architecte Pierre Desmaisons, voir également le couvent des Théatins, l’hôtel de Jaucourt, l’immeuble Chopin d’Arnouville, l’immeuble de Montholon, le Palais de Justice, l’hôtel Deruey.

Sources :
Chadych (Danielle), Le Marais, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.
Gady (Alexandre), Le Marais, Guide historique et architectural, Paris, Le Passage, 2002.

Adresse : 22 rue Malher

Métro : Saint-Paul

Arrondissement : 4e

Téléphone :