Le pont Alexandre III

Le pont Alexandre III

Le pont Alexandre III

Le pont Alexandre III

L’alliance franco-russe

En 1891, le président de la république Sadi Carnot et le tsar Alexandre III signent une alliance franco-russe. L’édification d’un pont en l’honneur de cette alliance commence en 1896. Il sera appelé pont Alexandre III. La construction du pont est confiée aux ingénieurs Jean Résal et Amédée Alby, et aux architectes Joseph Cassien-Bernard et Gaston Cousin. Le pont est situé sur un axe majeur : l’esplanade de l’hôtel des Invalides pour la rive gauche, les futurs Grand Palais et Petit Palais pour la rive droite.

L’Exposition universelle de 1900

Le pont est inauguré pour l’Exposition universelle de 1900 tout comme le Grand Palais et le Petit Palais. A cause d’impératifs de navigation fluviale et de considérations esthétiques, sa silhouette est très aplatie. Pour éviter l’effet de dos-d’âne, son arc est très surbaissé. D’une portée de 109 mètres et d’une largeur de 40 mètres, le pont est construit en acier et doté de culées puissantes pour résister à la forte poussée horizontale.

Le pont Alexandre III

Le pont Alexandre III

Servant de référence à l’Exposition Universelle, le pont est doté d’éléments décoratifs abondants. Pas moins de 17 artistes parmi les plus réputés (dont Jules Dalou) ont contribué à ce décor. Des groupes de lions conduits par des enfants marquent le passage du quai au pont. De chaque côté du pont, deux pylônes carrés de 17 mètres de hauteur encadrent son entrée. Ils sont surmontés de groupes équestres en bronze doré représentant des renommées : les Arts, les Sciences, le Commerce et l’Industrie.

A la base des quatre pylônes, des allégories ont pour thème la France au Moyen-Age, la France à la Renaissance, la France sous Louis XIV et la France moderne. Au pied des pylônes, on trouve encore quatre groupes de génies des eaux, avec des poissons et des coquillages. Les clefs de voûte du pont sont ornées de compositions en cuivre martelé : « Les nymphes de la Seine portant les armes de Paris » et « Les Nymphes de la Néva portant les armes de la Russie ». Des guirlandes de fleurs sur le tablier et d’élégants candélabres en bronze complètent cette décoration foisonnante.

Pour l’architecte Joseph Cassien-Bernard, voir également la banque suisse et française.

Source :
Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1994.

Adresse : Quai d’Orsay ou cours de la Reine

Métro : Invalides ou Champs-Elysées-Clémenceau

Arrondissement : 7e

Téléphone :