Le central téléphonique Ménilmontant

Le central téléphonique Ménilmontant

Construit entre 1928 et 1931 sur les plans de Paul Guadet, le central téléphonique Ménilmontant est un bâtiment public avant-gardiste, précurseur de l’architecture moderne par son fonctionnalisme.

Le central téléphonique Ménilmontant - La partie

Le central téléphonique Ménilmontant – La partie

Fils du célèbre architecte Julien Guadet, Paul Guadet (1873-1931) est lui-même un architecte renommé. Comme les frères Perret, il sait profiter des nouvelles possibilités constructives offertes par le béton armé. De 1913 à 1931, il est architecte des PTT et construit de nombreux bâtiments postaux dans Paris.

Le central téléphonique Ménilmontant - La partie technique vue de la rue Elisa Borey

Le central téléphonique Ménilmontant – La partie technique vue de la rue Elisa Borey

Construit entre 1928 et 1931, le central téléphonique Ménilmontant est l’une de ses dernières œuvres et l’une des plus intéressantes. Le bâtiment est d’ailleurs achevé par Georges Planche, son collaborateur et successeur aux PTT, suite au décès de Guadet.

Le central téléphonique Ménilmontant - L' angle de la rue Sorbier et de la rue Elisa Borey

Le central téléphonique Ménilmontant – L’ angle de la rue Sorbier et de la rue Elisa Borey

La parcelle est située sur un terrain en forte pente, compris entre la rue Sorbier (en haut) et la rue Elisa-Borey (en bas). La construction est régie par une démarche fonctionnaliste. Ainsi, l’ossature béton est laissée volontairement apparente. En façade, les pilastres des étages contiennent les conduits de ventilation nécessaires aux machines.

La façade avant, rue Sorbier, est traitée avec élégance grâce notamment aux parements en frises de briques. Elle laisse deviner la partie « bureaux » dotée de grandes verrières laissant entrer la lumière.

Le central téléphonique Ménilmontant - L'escalier principal

Le central téléphonique Ménilmontant – L’escalier principal

Dans sa première esquisse, Guadet souhaite traiter l’angle de la rue Sorbier et du passage Champlain par une rotonde vitrée contenant l’escalier mais ce parti est refusé par la commission de voirie. L’angle, arrondi, est traité en simples verrières, comme les deux façades qu’il relie. L’escalier principal, particulièrement élégant, est situé au milieu de l’édifice.

La façade arrière donne sur la rue Elisa-Borey, située plus bas. Plus austère, elle « trahit » la présence de la partie technique. Dans le même esprit fonctionnaliste, de puissants arcs-boutants en béton sont laissés apparent et stabilisent l’édifice.

Le central téléphonique Ménilmontant - La partie technique vue de la rue Elisa Borey

Le central téléphonique Ménilmontant – La partie technique vue de la rue Elisa Borey

Un projet de réhabilitation du bâtiment est en cours. Il scinderait le bâtiment entre des locaux pour la téléphonie et des bureaux.

Pour l’architecte Paul Guadet, voir également le palais Cambon l’hôtel Guadet, le central téléphonique Monceau-Carnot, le central téléphonique Auteuil, l’immeuble d’habitation boulevard Exelmans.

Pour l’architecte Georges Planche, voir également le groupe scolaire Sorbier, les bains douches Bidassoa, les bains-douche rue des Haies.

Sources :
Commission du Vieux Paris, séance du 24/06/2015.
www.citechaillot.fr

VISITES GUIDÉES