L’hôtel Dodun

L’hôtel Dodun

L'hôtel Dodun : la façade du bâtiment donnant sur la rue de Richelieu

L’hôtel Dodun : la façade du bâtiment donnant sur la rue de Richelieu

La famille Dodun

La famille Dodun est une famille bourgeoise originaire de Bourgogne. Etablie à Paris, son ascension sociale se situe aux XVIIe et XVIIIe siècle, ses membres occupant des charges lucratives dans la finance, parfois au plus proche du pouvoir royal. Né en 1643, Gaspard Dodun est d’abord avocat au parlement avant d’entrer dans les fermes générales. Mis à mal par la justice, tous ses biens sont pourtant saisis et vendus au profit du roi.

Ses fils Pierre et André Gaspard vont prendre la relève dans le monde de la finance. Pierre Dodun est receveur général des finances tandis qu’André Gaspart occupe le poste de receveur général à Bordeaux. L’un de leur cousin, Charles Gaspard II Dodun, sera lié au clan Colbert et deviendra contrôleur général des Finances en 1722, l’un des plus hauts postes au sein de l’Etat.

hôtel Dodun : le revers du bâtiment d'entrée donnant sur la rue de Richelieu

hôtel Dodun : le revers du bâtiment d’entrée donnant sur la rue de Richelieu

Pierre II Dodun, un nouveau riche de la finance

Fils d’André Gaspard, Pierre II Dodun (né en 1673) acquiert en 1702 la charge de receveur général des finances de la Rochelle, puis il s’en défait pour acheter et occuper celle de receveur général des finances de Bordeaux de 1707 à 1721. En 1706, il s’est marié à Suzanne de Vitry, petite-fille d’un fermier-général, qui lui a apporté de solides appuis dans la finance et la haute administration.

Le projet de l’hôtel Dodun

En 1725, Pierre II Dodun acquiert une maison au cœur de Paris, rue de Richelieu, dans un quartier très prisé des financiers, construite vers 1639. Il la fait démolir et confie à l’architecte Jean-Baptiste Bullet de Chamblain le projet de construction de son nouvel hôtel.

L'hôtel Dodun : la façade arrière de l'hôtel, donnant sur la rue Molière

L’hôtel Dodun : la façade arrière de l’hôtel, donnant sur la rue Molière

Les Bullet père et fils, architectes de renom

L’architecte Jean-Baptiste Bullet de Chamblain (1665-1726) est le fils de l’illustre architecte Pierre Bullet (1639-1716). Ce dernier est l’auteur de plusieurs demeures parmi les plus élégantes de Paris : l’hôtel Tallard, l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau, l’hôtel de Brancas, et l’hôtel d’Evreux, son chef d’œuvre.

Après avoir longtemps travaillé aux côtés de son père, Jean-Baptiste Bullet de Chamblain prend son indépendance et dessine ses propres projets. A Paris, il dessine l’hôtel de Bourvallais et l’hôtel de Villemaré, tous deux situés place Vendôme. Le projet de l’hôtel Dodun est sans doute son dernier puisqu’il meurt en 1726 avant que l’édifice ne soit bâti.

Hôtel Dodun : le logis situé en fond de cour. Le bâtiment bas à droite n'existait pas à l'origine

Hôtel Dodun : le logis situé en fond de cour. Le bâtiment bas à droite n’existait pas à l’origine

Une implantation difficile

La parcelle occupée par l’hôtel Dodun est peu commode. Elle s’étend de la rue de Richelieu à la rue Molière mais est très étroite. Bullet réussit habilement à en tirer parti : un bâtiment de 4 travées donnant sur la rue de Richelieu est relié par une aile plus étroite à un second bâtiment de 4 travées également. Sur la rue de Richelieu, le mur appareillé à refends au rez-de-chaussée est percé de hautes arcades dont l’une est le portail d’entrée de l’hôtel. Au-dessus, les plus beaux appartements donnent sur la rue et sur la cour intérieure. La façade est lisse, animée par des bandeaux de pierre entourant les fenêtres.

Hôtel Dodun : l'unique aile de l'hôtel, située dans la cour

Hôtel Dodun : l’unique aile de l’hôtel, située dans la cour

Dans la cour, l’aile gauche est rythmée par des arcades en plein cintre reposant sur des pilastres. Le bâtiment bas sur la droite est un ajout postérieur.

Au fond, le second bâtiment est précédé d’un perron : c’est l’entrée de l’hôtel marquée par une travée centrale en léger ressaut. La porte est sommée d’un mascaron tandis que des consoles doubles soutiennent une corniche. Les deux façades de ce bâtiment, celle sur cour et celle sur la rue Molière, sont sobrement animées par des tables de pierre. Le 1er étage (l’étage noble) devait également abriter de beaux appartements.

Les somptueux décors intérieurs de l’hôtel ont été vendus à la fin du XIXe siècle. Les plus belles boiseries ont trouvé place dans l’hôtel de Breteuil, actuelle ambassade d’Irlande, et à Waddesdon Manor en Angleterre.

L'hôtel Dodun : le vestibule et l'escalier d'honneur

L’hôtel Dodun : le vestibule et l’escalier d’honneur

La transformation en logements sociaux

En 1948, l’Etat fait l’acquisition de l’hôtel. Le rez-de-chaussée est alors converti en bureau de Poste ! En 2006, la Ville de Paris rachète le bâtiment alors très délabré. Elle le réhabilite intégralement et le transforme en 25 logements sociaux.

L’hôtel est fermé par un digicode mais un résident sympa vous laissera sûrement y jeter un coup d’œil. Visible au fond de la cour, le magnifique escalier d’honneur a été préservé : il est remarquable par ses volumes qui se déploient, par la qualité de ses ferronneries et de ses moulures en stuc. Une grande niche décorative est toujours présente.

L'hôtel Dodun : la cage d'escalier

L’hôtel Dodun : la cage d’escalier

En Ile-de-France, on doit également à Jean-Baptiste Bullet de Chamblain l’un des plus beaux châteaux du tout début du XVIIIe siècle : le château de Champs-sur-Marne, ouvert à la visite.

Pour l’architecte Jean-Baptiste Bullet de Chamblain, voir également l’hôtel de Bourvallais, l’hôtel de Villemaré.

L'hôtel Dodun : la cage d'escalier - Photographie ancienne

L’hôtel Dodun : la cage d’escalier – Photographie ancienne

Sources :
Dessert (Daniel), Argent, pouvoir et société au Grand Siècle.
Gallet (Michel), Les architectes parisiens au XVIIIe siècle, Paris, Mengès, 1995.
Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1994.

L'hôtel Dodun : le grand escalier

L’hôtel Dodun : le grand escalier

Adresse : 21 rue de Richelieu et 10 rue Molière

Métro : Palais-Royal

Arrondissement : 1er

Téléphone :