L’hôtel de Sandreville

L’hôtel de Sandreville

L’hôtel de Sandreville regroupe deux constructions d’époques différentes : une façade sur rue, de style Louis XVI, et sur la cour, des façades datant de la fin du XVIe siècle.

L'hôtel de Sandreville - Façade Ouest du XVIe siècle, sur la cour

L’hôtel de Sandreville – Façade Ouest du XVIe siècle, sur la cour

Sur un terrain ayant appartenu à la famille Barbette, Claude Mortier, seigneur de Soisy, notaire et secrétaire du roi, fait édifier vers 1586 une vaste demeure, plus importante encore que l’hôtel Carnavalet.

Par succession, l’hôtel est morcelé en deux. Marie Mortier et son époux, Pierre Le Berche, conseiller du roi et grand maître des Eaux et Forêts, héritent de la partie occidentale au n°26. C’est la seule partie qui subsiste aujourd’hui, la partie orientale de l’hôtel ayant été démolie en 1826.

Leur fils, Alphonse Le Berche de Sandreville va laisser son nom à l’hôtel. En 1638, il cède sa demeure à un financier, Guillaume Cornuel, trésorier général de l’extraordinaire des guerres et son épouse, Anne Bigot, célèbre salonnière.

L'hôtel de Sandreville - Façade du XVIe siècle sur cour

L’hôtel de Sandreville – Façade du XVIe siècle sur cour

En 1755, Louis-Charles Le Mairat, président à la Chambre des Comptes, hérite de l’hôtel. C’est lui qui fait reconstruire la façade sur rue en 1767. De style Louis XVI, elle repose sur un soubassement important (rez-de-chaussée et entresol) à bossages, délimité par une corniche. Au-dessus, des pilastres colossaux cannelés embrassent les deux étages. Sous la corniche courre une frise de triglyphes et de métopes sculptées de linges en draperie.

A l’intérieur de la cour, les façades sud et ouest conservent le caractère d’une demeure de la fin du XVIe siècle. Elles sont rythmées par des arcades en plein cintre, rehaussées de claveaux en bossages. La clé est sculptée en pointe de diamant. On peut regretter la surélévation de l’hôtel : les lucarnes du toit se situent maintenant sous le troisième étage.

L'hôtel de Sandreville - Façade Louis XVI sur rue

L’hôtel de Sandreville – Façade Louis XVI sur rue

A l’intérieur, le splendide escalier d’honneur est conservé dans l’aile Ouest. Sa rampe est faite d’entrelacs d’ovales et de rosaces.

Au XIXe siècle, l’hôtel est promis à un destin incertain, comme la plupart des hôtels du Marais. De 1843 à 1870, il est occupé par l’école des Francs-Bourgeois, avant son déménagement à l’hôtel de Mayenne. L’hôtel a été restauré en 1983-1984. La cour est parfois accessible en semaine.

Source :
– Le Marais, évolution d’un paysage urbain, Danielle Chadych, Parigramme, 2010.

VISITES GUIDÉES