L’hôtel
de la Confrérie des Chirurgiens

L’hôtel de la Confrérie des Chirurgiens
L’hôtel de la Confrérie des Chirurgiens - Le portail

L’hôtel de la Confrérie des Chirurgiens – Le portail

L’étude de l’anatomie

Jusqu’à la Révolution, les chirurgiens sont concentrés dans cette rue située à proximité de l’église Saint-Côme (détruite). L’hôtel de la Confrérie des Chirurgiens est édifié au XVIIe siècle. On y accède par un très beau portail sculpté : au-dessus du tympan, deux allégories de la Victoire portent les trompettes de la Renommée et annoncent la gloire du Collège des chirurgiens. Un fronton courbe couronne le portail.

L’amphithéâtre de l’école des chirurgiens-barbiers ©Eugenio Prieto Gabriel / Sorbonne Nouvelle

Un amphithéâtre à gradins

Dans la cour, un superbe bâtiment servant d’amphithéâtre est réalisé entre 1691 et 1695 par les architectes Charles et Louis Joubert. De plan octogonal, il est surmonté d’une coupole couronnée d’une lanterne et s’inspire des temples antiques.  A l’intérieur, des gradins permettent aux étudiants d’assister à des dissections anatomiques. Les décors muraux ont malheureusement disparus. L’aile située sur la gauche dans la cour est réalisée entre 1707 et 1710 par Louis Joubert : la Confrérie y tient ses assemblées et les malades peuvent y consulter.

L’hôtel de la Confrérie des Chirurgiens - L'amphithéâtre

L’hôtel de la Confrérie des Chirurgiens – L’amphithéâtre

 

L’ ancêtre de l’Ecole nationale des Arts Décoratifs

En 1775, l’Académie Royale de Chirurgie déménage et s’installe au n°12 de la même rue : elle prend le nom d’Ecole de Chirurgie. L’ancienne école de Chirurgie est affectée à l’école royale de dessin. Placée sous le patronage du roi, cette école est gratuite. Sous la Restauration, l’école prend le nom d’ « Ecole royale et spéciale de dessin et de mathématiques appliquées aux arts mécaniques ». On y enseigne la géométrie, l’architecture, la figure, les animaux, les fleurs, les ornements.

L’école s’agrandit de 1841 à 1844 par l’adjonction d’un portique en fond de cour et de plusieurs salles. Les bustes de Charles Percier, Léonard Limousin, Bernard Palissy, Benvenuto Cellini ornent le portique. Cette école est l’ancêtre de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. En 1919, elle déménage pour la rue d’Ulm. Aujourd’hui, l’ancien collège de Chirurgie est occupé par un institut de langues modernes.

Sources :
Leborgne (Dominique), Saint-Germain-des-Près et son Faubourg, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.
Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1994.

Adresse : 5 rue de l’Ecole de Médecine

Métro : Odéon

Arrondissement : 6e

Téléphone :