Conservatoire des Arts et Métiers
Le prieuré
Saint-Martin des Champs

Conservatoire des Arts et Métiers Le prieuré Saint-Martin des Champs

Un mélange d’architectures romanes et gothiques

Depuis le XIe siècle, le prieuré de Saint-Martin des Champs est une dépendance de l’abbaye de Cluny en Bourgogne. Le complexe monastique de Saint-Martin des Champs est si important au Moyen-Age qu’il donne son nom à un bourg situé alors aux portes de Paris, le bourg Saint-Martin. Il en subsiste des vestiges et bâtiments tout à fait remarquables.

Prieuré Saint-Martin des Champs : chapelle axiale et chœur vus de l'extérieur

Prieuré Saint-Martin des Champs : la chapelle axiale et le chœur vus de l’extérieur

L’église témoigne de plusieurs époques et styles architecturaux. Située au Sud et hors-œuvre, la tour-clocher romane du XIIe siècle a été arasée en 1808. Bâti vers 1130, le chœur est la partie la plus intéressante de l’église : ses ouvertures sont encore romanes tandis que la perspective centrale et le double déambulatoire reçoivent un voûtement d’ogives, caractéristique du gothique naissant. Le second déambulatoire ainsi que la chapelle axiale ondulent pour former une suite de chapelle. Les chapiteaux du chœur sont remarquables; certains s’inspirent de chapiteaux romans de Normandie. Ce chœur a sans doute inspiré celui de la basilique Saint-Denis bâti quelques années plus tard.

Le CNAM : l’ancien réfectoire devenu la bibliothèque © Sandrine Villain

La nef est composée d’un vaisseau unique. Repeinte au XIXe siècle et couverte d’une voûte en berceau en bois, elle date du milieu du XIIIe siècle. Donnant sur la rue Saint-Martin, la façade de l’église est un pastiche néo-gothique flamboyant réalisé vers 1885. Le magnifique réfectoire est également conservé. Datant des années 1230, on l’attribue parfois sans preuve à Pierre de Montreuil. Ses dimensions (12m par 42m) sont exceptionnelles. La rangée de fines colonnes sur lesquelles reposent les voûtes est une véritable audace architecturale pour cette époque. Le portail et la chaire du lecteur sont admirables. Transformé en bibliothèque du CNAM, le réfectoire ne se visite malheureusement pas.

Le CNAM : la nef où sont exposées automobiles et avions

Les agrandissements du XVIIIe siècle

De grands bâtiments conventuels brique et pierre sont construits en 1741 par l’entrepreneur et architecte Louis Le Tellier sur les plans de l’architecte Nicolas Lhuillier de La Tour. En 1786, l’architecte François Soufflot le Romain reconstruit le grand escalier.

Le CNAM : la façade néo-gothique de l’ancienne église

Le Conservatoire des Arts et Métiers

Confisqué au moment de la Révolution française, le prieuré est transformé sur une proposition de l’abbé Grégoire en Conservatoire national des Arts et Métiers. Visant à promouvoir l’innovation technique, le musée ouvre ses portes dès 1802. De 1845 à 1896, le Conservatoire est agrandi par les architectes Léon Vaudoyer (1803-1872) et Gabriel-Auguste Ancelet (1829-1895). De nouveaux bâtiments sont ajoutés sur la rue Vaucanson. Des amphithéâtres sont ajoutés à l’intérieur du périmètre du cloître. Le grand escalier de Soufflot est modernisé et défiguré.

Le musée offre un parcours abordant l’histoire et l’actualité des techniques. Il se divise en sept domaines : Instrument Scientifique, Matériaux, Construction, Communication, Énergie, Mécanique et Transports. Dans la nef de l’église sont présentés de façon très spectaculaire des véhicules anciens placés sur des mezzanines et des avions suspendus.

Le CNAM : l’escalier d’honneur et l’avion d’Ader
© Musée des arts et métiers-Cnam, Paris / photo Michèle Favareille

Horaires d’ouverture : Le musée est ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 21 h 30.

Pour l’entrepreneur et architecte Louis Le Tellier, voir également l’hôtel de Tessé, les hôtels de la rue Royale, la maison Le Tellier.

Pour l’architecte Nicolas Lhuillier de La Tour, voir également l’immeuble locatif des Théatins Rue de Lille.

Pour l’architecte François Soufflot le Romain, voir également l’hôtel de Montholon.

Sources :
Gallet (Michel), Les architectes parisiens du XVIIIe siècle, Paris, Mengès, 1995.
Guide du Patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1994.

Adresse : 60 rue Réaumur

Métro : Arts et Métiers

Arrondissement : 3e

Téléphone : 01.53.01.82.00