Le collège des Trente-trois

Le collège des Trente-trois
Le collège des Trente-trois : le portail d'entrée donnant sur la rue

Le collège des Trente-trois : le portail d’entrée donnant sur la rue

Un collège destiné aux indigents

Le collège des Trente-Trois tire son nom des trente-trois années de la vie du Christ sur terre. Il est fondé en 1633 par le père Claude Bernard, disciple de saint Vincent de Paul. L’enseignement est destiné à de jeunes indigents ayant fait la promesse de devenir ecclésiastiques. Plus tard, Anne d’Autriche accorde de nouvelles bourses au collège.

Le collège des Trente-Trois - La cour

Le collège des Trente-Trois – La cour

En 1657, le collège devient un séminaire ecclésiastique. Mais les financements manquent pour le rénover. Le très pieu duc d’Orléans, qui réside à partir de 1740 dans le pavillon d’Orléans rue Clovis, sera très généreux avec le collège.

Le collège des Trente-trois : le bâtiment du collège

Le collège des Trente-trois : le bâtiment du collège

L’ancien hôtel d’Albiac

A sa fondation, le collège s’installe dans l’hôtel d’Albiac, rue de la Montagne Sainte-Geneviève. Les bâtiments sont reconstruits de 1737 à 1748 par Decharon. Sur la rue, le collège se signale par un élégant portail en pierre de taille bâti en 1737 par l’architecte Germain-Eloi Legrand. Entouré d’une arcade cintrée, il est surmonté d’un fronton courbe soutenu par deux consoles sculptées.

Le collège des Trente-trois : la façade donnant sur l'impasse aux Bœufs

Le collège des Trente-trois : la façade donnant sur l’impasse aux Bœufs

Une cour de toute beauté

Au fond de la cour, on longe deux pavillons blancs néoclassique qui se font face puis on découvre le bâtiment du collège sur la gauche. Construit en pierre de taille en 1740-1745 par l’architecte De Charon, l’édifice est rythmé par de grandes baies en plein cintre et présente de sobres façades dépourvues d’éléments décoratifs. Le bâtiment du collège donne à l’arrière sur l’impasse aux Bœufs, accessible par la rue des Carmes : on pouvait accéder à cette impasse par une porte basse située au milieu de la première volée de l’escalier.

Le collège des Trente-trois : la cour et les deux pavillons néoclassiques se faisant face

Le collège des Trente-trois : la cour et les deux pavillons néoclassiques se faisant face

Le poète Restif de La Bretonne a vécu à cette adresse. La cour est librement accessible en semaine.

Le collège des Trente-trois : l'escalier et sa sobre rampe en fer forgé

Le collège des Trente-trois : l’escalier et sa sobre rampe en fer forgé

Sources :
Dreyfuss (Bertrand), Guide du promeneur 5e arrondissement, Paris, Parigramme, 1991.
Gady (Alexandre), La Montagne sainte-Geneviève et le Quartier Latin, Paris, Hoëbeke, 1998.
Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Hachette, 1994.

Le collège des Trente-trois : l'un des deux pavillons néoclassiques

Le collège des Trente-trois : l’un des deux pavillons néoclassiques

Adresse : 34 rue de la Montagne Sainte-Geneviève et impasse aux Bœufs

Métro : Maubert-Mutualité

Arrondissement : 5e

Téléphone :