L’abbaye de Royaumont

L’abbaye de Royaumont

L’abbaye de Royaumont ©www.valdoise-tourisme.com

La plus grande abbaye cistercienne d’Ile-de-France

En 1228, saint Louis fonde cette prestigieuse abbaye conformément au testament de son père, Louis VIII. Rattaché à l’ordre des Citeaux, le monastère bénéficie de riches dotations qui expliquent l’achèvement de l’église en seulement sept ans. Hélas, elle sera démolie à la Révolution à part quelques vestiges qui subsistent. En revanche, l’abbaye conserve un ensemble monastique exceptionnel par son ampleur et sa qualité. Outre l’admirable cloitre gothique voûté d’ogives, les bâtiments qui l’entourent offrent un panorama complet de la vie monastique : la sacristie, les celliers, la salle capitulaire, les cuisines, le réfectoire, le chauffoir, le bâtiment des convers (maison d’hôtes), l’infirmerie et même les latrines, qui datent tous du 2e quart du XIIIe siècle. Situé légèrement à l’écart, le palais abbatial est un superbe édifice cubique de style néoclassique. Réalisé entre 1785 et 1789 par l’architecte Louis Le Masson, il se présente comme un vaste pavillon inspiré des villas italiennes de Toscane et de Vénétie.

L’abbaye de Royaumont : le jardin des 9 carrés ©www.culture.gouv.fr

Trois jardins remarquables

Le cloître enserre un superbe jardin dessiné dans le style français de la Renaissance par le paysagiste Achille Duchêne en 1912 et orné d’un bassin. D’inspiration médiévale, le jardin des 9 carrés présente des collections de plantes. Enfin, le Potager-jardin concilie tradition et jardin potager à l’anglaise.

L’abbaye de Royaumont : le réfectoire des Moines ©www.frenchvadrouilleur.fr

La fondation Royaumont

Pendant la révolution, l’abbaye est convertie en filature de coton par le marquis de Travanet. Vendue en 1815 à un industriel belge, Joseph van der Mersch, l’usine ferme en 1863. En 1899, le domaine est acquis par un riche industriel, Jules Gouïn, président de la Société de construction des Batignolles (voir la cité des Fleurs). A partir des années 1930, Henry Gouïn (son petit-fils) et son épouse font de Royaumont un lieu de rayonnement culturel, accueillant artistes et intellectuels désargentés. En 1964, le couple crée la Fondation Royaumont pour le Progrès des Sciences de l’Homme, axée sur l’étude de l’homme. Depuis les années 1980, la fondation s’est donne un nouvel objectif : promouvoir la musique vocale et la danse contemporaine avec le Festival de Royaumont qui a lieu chaque année.

Chef-d’œuvre de l’architecture gothique agrémenté de jardins remarquables, l’abbaye de Royaumont est un site exceptionnel en Ile-de-France. Elle se visite librement ou avec un guide.

Horaires d’ouverture : ouvert TLJ de 10h à 18h (17H30 de novembre à mars)

Tarifs : plein tarif 9 €, tarif réduit 6,50 € (étudiants de moins de 26 ans, demandeurs d’emploi, enfants à partir de 7 ans).

Accès en transports en commun : les dimanches, une navette assure la liaison depuis la gare de Luzarches (desservie au départ de la Gare du Nord) jusqu’à l’abbaye.

Source :
Guide du patrimoine Ile-de-France, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1992.

Adresse : abbaye de Royaumont 95270 Asnières-sur-Oise

Métro :

Arrondissement :

Téléphone :