La fontaine des Innocents

La fontaine des Innocents

La fontaine des Innocents est la seule fontaine d’époque Renaissance subsistante à Paris.

La fontaine des Innocents - Elévation d'origine

La fontaine des Innocents – Elévation d’origine

Une fontaine Renaissance

La fontaine des Innocents est construite à l ‘origine à l’angle de la rue Saint-Denis et de la rue aux fers (devenue rue Berger). Elle est adossée à l’église et au cimetière des Saints-Innocents. Implantée sous la forme d’une loggia, elle est placée sur le parcours des entrées royales dans Paris qui se font par la rue Saint-Denis.

C’est un édifice d’angle avec deux travées côté rue aux Fers et une travée rue Saint-Denis. Sur chaque face, le principe est le même : une ou deux arcades sont encadrées de pilastres corinthiens, et surmontées d’un relief d’attique et d’un fronton triangulaire. L’eau s’écoule du soubassement par de petits mascarons.

Les entre-pilastres sont ornés de nymphes, d’où le surnom de fontaine des nymphes donné à l’origine. La fontaine est inaugurée le 16 juin 1549 à l’occasion de l’entrée solennelle du roi Henri II dans Paris.

La fontaine des Innocents

La fontaine des Innocents

Une attribution contestée

L’attribution de la fontaine est contestée. Le grand sculpteur Jean Goujon est assurément l’auteur des sculptures. Le projet d’architecture est plus souvent attribué à Pierre Lescot, mais sans certitude.

Lors de la suppression du cimetière des Innocents en 1786, la fontaine échappe par miracle à la destruction. Elle est remontée un peu plus loin sur un plan carré. Une quatrième face est ajoutée par Augustin Pajou. La partie basse composée de petits bassins en cascade sur chaque face n’est pas d’origine.

Pour l’architecte Pierre Lescot, voir également le palais du Louvre.

Source :
– Guide du patrimoine Paris, Jean-Marie Pérouse de Montclos, Hachette, 1994.

VISITES GUIDÉES