La cour de l’Etoile d’Or

La cour de l’Etoile d’Or

La cour de l’étoile d’Or est l’une des plus pittoresques subsistant dans le faubourg Saint-Antoine. Autrefois occupée par des artisans, elle conserve d’intéressants bâtiments des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle.

La cour de l'Etoile d'Or - Le passage menant à la première cour

La cour de l’Etoile d’Or – Le passage menant à la première cour

Une véritable pépite se cache à cette adresse. Un étroit passage mène à deux cours successives où 4 siècles d’architecture sont présents.

La cour de l'Etoile d'Or - La maison au décor Empire

La cour de l’Etoile d’Or – La maison au décor Empire

L’élément le plus ancien est un pavillon de plaisance datant du XVIIe siècle. Situé au fond de la première cour, il a été percé d’un passage conduisant à la seconde cour. Sur sa façade subsiste un cadran solaire du XVIIIe siècle. A, l’intérieur, un bel escalier en bois à balustres est décoré de personnages symbolisant les quatre saisons.

La cour de l'Etoile d'Or - Le pavillon de plaisance

La cour de l’Etoile d’Or – Le pavillon de plaisance

Dans la première cour, on remarque sur la droite une ravissante maison de couleur ocre datant de l’Empire ou remaniée à cette époque. Une jolie frise de palmettes court sur la façade. Juste après elle, une maison d’architecte s’intègre parfaitement à la cour avec sa sobre façade de métal.

La cour de l'Etoile d'Or - Bâtiment industriel dans la deuxième cour

La cour de l’Etoile d’Or – Bâtiment industriel dans la deuxième cour

La seconde cour a probablement abrité des ateliers d’artisans travaillant le bois. Elle conserve beaucoup de charme avec ses anciens ateliers vitrés du début du XIXe siècle, ses anciens hangars à bois, et un grand atelier en brique et pierre plus récent (1882) élevé de quatre niveaux, œuvre de l’architecte Chabot.

La cour de l'Etoile d'Or

La cour de l’Etoile d’Or

La cour de l’étoile d’Or est librement accessible, au moins en semaine.

Source :
– Guide du promeneur 11e arrondissement, Denis Michel et Dominique Renou, Parigramme, 1993.

VISITES GUIDÉES