La cour batave

La cour batave
La cour batave - Gravure ancienne

La cour batave – Gravure ancienne

La cour batave est un ensemble d’immeubles construits à partir de 1790 par deux spéculateurs hollandais, Abbema et de Witt, d’où son qualificatif de « batave ». Cette cité, une des premières à Paris, occupait le périmètre situé entre la rue Saint-Denis, la rue de la Cossonnerie, la rue Berger et le boulevard de Sébastopol.

La maison batave

La maison batave

La cité est dessinée par les architectes néoclassiques Jean-Nicolas Sobre et Célestin-Joseph Happe. Autour d’une grande cour fermée, des immeubles de six niveaux (dont 5 d’habitation) s’ouvrent sur celle-ci par des galeries marchandes. L’implantation de boutiques sous des arcades, à l’abri des intempéries, va d’ailleurs connaître un certain succès à Paris avec la rue des Colonnes et surtout la rue de Rivoli un peu plus tard.

La maison batave

La maison batave

Les galeries de la cour batave annoncent la mode des passages couverts qui auront tant de succès à Paris pendant la 1ère moitié du XIXe siècle. La cour batave est démolie lors du percement du boulevard de Sébastopol à partir de 1858. Le seul vestige est l’immeuble situé à l’angle de la rue Saint-Denis et de la rue de la Cossonnerie : sur sa façade est gravée l’inscription « maison batave 1795-1859 ». A l’exception de la frise à l’antique qui court sous la corniche, les façades de style néoclassique sont dépourvues d’éléments sculptés.

La maison batave : détail de la frise sous la corniche

La maison batave : détail de la frise sous la corniche

Pour l’architecte Célestin-Joseph Happe, voir également l’hôtel de Bourrienne.

Sources :
Gallet (Michel), Les architectes parisiens du XVIIIe siècle, Paris, Mengès, 1995.
Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Hachette, 1995

Adresse : 60 rue Saint-Denis

Métro : Châtelet ou Etienne Marcel

Arrondissement : 1er

Téléphone :