La Caisse
des Dépôts et Consignations
L’hôtel de Pomereu

La Caisse des Dépôts et Consignations L’hôtel de Pomereu
L'hôtel de Pomereu - La façade sur cour

L’hôtel de Pomereu – La façade sur cour

Une famille de parlementaires

Originaire de l’Ile-de-France et du Soissonais, la famille de Pomereu est anoblie en 1586 et appartient à la noblesse de robe. Au XVIIIe siècle, Armand-Michel de Pomereu (1734-1784), marquis des Riceys, est Président à mortier au Parlement de Rouen. En 1825, Michel-Marie de Pomereu (1779-1863) est autorisé à relever le prestigieux nom de son épouse, Etiennette d’Aligre (1792-1866), amené à s’éteindre. La richissime famille d’Aligre a compté sous l’Ancien Régime plusieurs chanceliers et des présidents à mortier au Parlement de Paris.

L'hôtel de Pomereu - L'escalier d'honneur à double révolution

L’hôtel de Pomereu – L’escalier d’honneur à double révolution

Deux hôtels contigus

Au XIXe siècle, Armand de Pomereu (1817-1905), marquis d’Aligre, est propriétaire de l’hôtel Duret, contigu de l’hôtel de Maillebois. Les deux hôtels ont été bâtis en 1706 par l’architecte Jean-Baptiste Prédot. L’hôtel de Maillebois est incendié pendant la Commune de Paris en 1871. Le marquis de Pomereu d’Aligre rachète alors les vestiges de cet hôtel et décide de les réunir à l’hôtel Duret pour former un seul hôtel, l’hôtel de Pomereu.

L'hôtel de Pomereu - Décor du plafond de la cage d'escalier

L’hôtel de Pomereu – Décor du plafond de la cage d’escalier

De 1872 à 1874, l’architecte Louis-Thérèse David de Penanrun, élève de Victor Baltard, édifie à la place de l’hôtel de Maillebois une vaste demeure dans le style néo-Louis XV. Dans le corps de logis de l’ancien hôtel Duret sont conservés les superbes décors rocaille du salon doré et du salon ovale. Dans la partie reconstruite au XIXe siècle, Penanrun introduit de riches éléments décoratifs dans le goût de l’époque : un vaste hall en marbre orné de colonnes corinthiennes, un monumental escalier d’honneur à double révolution en pierre et marbre.

L'hôtel de Pomereu - L'oculus et le plafond représentant

L’hôtel de Pomereu – L’oculus et le plafond représentant

L’aménagement le plus curieux est un oculus percé dans le plafond de la galerie : il laisse apercevoir la coupole du 1er étage décorée d’une peinture représentant Olympe. Les salons aux natures mortes et aux demi-lunes présentent également de beaux décors du XIXe siècle. En 1947, la Caisse des Dépôts et Consignations fait l’acquisition de l’hôtel de Pomereu. L’édifice abrite aujourd’hui des bureaux et des salons de réception. Il est fréquemment ouvert à la visite au moment des Journées du Patrimoine.

Source :
Leborgne (Dominisue), Saint-Germain-des-Prés et son faubourg, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.

Adresse : 63-67 rue de Lille

Métro : Solférino

Arrondissement : 7e

Téléphone :