Résidence
du préfet d’Ile de France
L’hôtel de Noirmoutiers

Résidence du préfet d’Ile de France L’hôtel de Noirmoutiers

L'hôtel de Noirmoutiers - La façade sur cour

L’hôtel de Noirmoutiers – La façade sur cour

A partir de 1720, Antoine-François de La Trémoille (1652-1733), duc de Noirmoutiers, confie la construction de son hôtel particulier à l’architecte Jean Courtonne. L’hôtel se signale sur la rue par un magnifique portail en demi-lune encadré de colonnes ioniques et surmonté d’une corniche à modillons.

La façade sur cour présente de belles proportions et un élégant décor sculpté. La partie centrale, encadrée de deux courtes ailes en retour, comporte sept travées. Sur l’avant-corps central, la pierre est appareillée à refends au rez-de-chaussée, tandis que des pilastres ioniques encadrent les ouvertures à l’étage. Des consoles sculptées de têtes de lion soutiennent l’imposant balcon de l’étage, qui est couronné par un fronton triangulaire. Toutes les baies sont surmontées d’un mascaron d’homme ou de femme. La façade sur le jardin présente un décor sculpté analogue. La quasi totalité des décors intérieurs a malheureusement disparu.

L'hôtel de Noirmoutiers - élévation de la façade sur le jardin

L’hôtel de Noirmoutiers – élévation de la façade sur le jardin

A la mort du duc en 1733, l’hôtel passe à sa nièce, la marquise de Matignon (voir l’hôtel de Matignon). Dès 1734, il est acquis par Elisabeth-Alexandrine de Bourbon-Condé, appelée également Melle de Sens. Elle est la fille de Louise-Françoise de Bourbon (voir le Palais-Bourbon), et donc la petite-fille de Louis XIV. Melle de Sens agrandit la propriété en acquérant des terres voisines et fait redécorer l’intérieur de l’hôtel. En 1765, l’hôtel échoit à son neveu, Louis-Joseph de Bourbon-Condé. Il est loué au comte de Cantillana, ambassadeur du roi des Deux-Siciles. Puis à partir de 1770, l’ambassadeur du roi Charles III d’Espagne, le comte de Fuentès, y réside.

L'hôtel de Noirmoutiers - Le portail

L’hôtel de Noirmoutiers – Le portail

Les dernières occupantes avant la Révolution sont deux veuves : Anne-Charlotte de Croÿ-Rœult, veuve du marquis de Lede, et Angélique-Sophie de Hautefort, veuve d’Henri-Camille de Beringhem. Vendu plusieurs fois sous la Révolution, l’hôtel est affecté à l’Ecole d’application de l’Etat-Major de 1825 jusqu’en 1877, puis à l’Etat-Major jusqu’en 1919. La demeure est alors affectée au maréchal Foch qui y réside jusqu’à sa mort en 1929, et sa veuve jusqu’en 1950. Depuis 1970, l’hôtel de Noirmoutiers est la résidence du préfet de la région Ile-de-France. Il se visite au moment des Journées du Patrimoine.

Pour l’architecte Jean Courtonne, voir également l’hôtel de Matignon.

Sources :
Colin-Bertin (Françoise), Guide du promeneur 7e arrondissement, Paris, Parigramme, 1995.
Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1994.

Adresse : 138 rue de Grenelle

Métro : Varenne

Arrondissement : 7e

Téléphone :