Le centre hospitalier
Sainte-Anne

Le centre hospitalier Sainte-Anne

L'hôpital Sainte-Anne sous le Second Empire

L’hôpital Sainte-Anne sous le Second Empire

Veuve de Louis XIII, la reine Anne d’Autriche fait construire vers 1650 un hôpital servant d’annexe à l’hospice de Bicêtre : les aliénés viennent travailler dans cet hôpital très vite transformé en ferme. En 1863, l’Empereur Napoléon III décide de transformer Sainte-Anne en établissement psychiatrique. Sainte-Anne est désigné sous le nom d’asile-clinique car c’est à la fois un lieu de traitement, de recherche et d’enseignement sur les maladies mentales.

L’hôpital Sainte-Anne : le bâtiment de l'administration

L’hôpital Sainte-Anne : le bâtiment de l’administration

Le préfet Haussmann est chargé de mener le projet. L’hôpital est axé sur une allée d’arbres nord-sud. En entrant par la rue Cabanis, on trouve d’abord sur la gauche de l’allée le bâtiment des admissions, puis deux autres bâtiments constituant le service hospitalo-universitaire. Sur la droite de l’allée on trouve le quadrilatère psychiatrique : six pavillons sont dédiés aux hommes, six pavillons sont dédiés aux femmes. Au centre de ce carré psychiatrique se situe le bâtiment de l’administration, des services généraux et la chapelle.

Au moment de sa construction, l’établissement bénéficie d’aménagements modernes : chauffage central, galeries extérieures couvertes, balnéothérapie et hydrothérapie. Aujourd’hui, le centre hospitalier Sainte-Anne demeure en France l’établissement de référence en matière de psychiatrie. Depuis 2019, il fait partie duGHU Paris psychiatrie et neurosciences avec deux autres établissements : l’hôpital Maison Blanche et le centre hospitalier Peray-Vaucluse.

Source :
Dansel (Michel), Guide du promeneur 14e arrondissement, Paris, Parigramme, 1997.

Adresse : 1 rue Cabanis

Métro : Glacière

Arrondissement : 14e

Téléphone : 01 45 65 80 00