L’église
Saint-Nicolas du Chardonnet

L’église Saint-Nicolas du Chardonnet

L'église Saint-Nicolas du Chardonnet - La façade et à gauche la tour-clocher

L’église Saint-Nicolas du Chardonnet – La façade et à gauche la tour-clocher

Le nom de cette église provient du clos des Chardonnet, où poussent des chardons. Le clos est englobé au XIIIe siècle dans l’enceinte de Philippe-Auguste. Une église paroissiale y est attestée dès cette époque. L’actuelle église est bâtie à partir de 1667 à la place d’une église datant du XVe siècle. Ses constructeurs sont Michel Noblet et François Levé. Seule la tour-clocher est plus ancienne : elle avait été élevée en 1625 par le maître maçon Charles Comtesse.

De manière inhabituelle, l’église est orientée Nord-Sud, ne pouvant pas être orientée Est-Ouest à cause des bâtiments voisins. La nef est achevée en 1716, la voûte bien plus tard, en 1763. L’église est consacrée le 4 décembre 1768. Curieusement, côté Sud, la façade de l’église n’est jamais exécutée et reste aveugle jusqu’au début du XXe siècle. Elle est construite en 1934 dans le style classique du XVIIe siècle par Charles Halley.

Selon la tradition, les plans de l’église auraient été dessinés par le peintre Charles Le Brun, 1er peintre du roi. A cette époque, Charles Le Brun est paroissien et bienfaiteur de l’église. Il est probable qu’il ait juste contribué au dessin de la façade du bras gauche, ainsi qu’à la décoration de la chapelle consacrée à sa famille.

Dans cette chapelle, vous pouvez admirer le monument funéraire de sa mère, Julienne Le Bé, par le sculpteur Jean Collignon ; ce remarquable tombeau est inspiré par le baroque à une époque où le classicisme triomphe. Le tombeau de Charles Le Brun et son épouse, situé au fond de la chapelle, est l’œuvre du célèbre sculpteur Antoine Coysevox. Aux extrémités du soubassement se dressent deux figures assises, allégories de La Peinture et de la Religion (ou peut-être de la Pitié). Le buste de Le Brun est placé devant une pyramide.

Depuis le 27 février 1977, l’église est occupée de manière illégale par la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X excommuniée depuis 1978 par l’église catholique. Le 21 janvier 2009, le pape Benoît XVI a levé cette excommunication. Saint-Nicolas du Chardonnet reste le principal lieu de culte du mouvement catholique intégriste à Paris.

Source :
Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Hachette, 1994.

Adresse : 23 Rue des Bernardins et rue Saint-Victor

Métro : Censier-Daubenton

Arrondissement : 5e

Téléphone :