L’hôtel de Boullogne L’hôtel Saint – James et Albany

L’hôtel de Boullogne L’hôtel Saint - James et Albany

L’hôtel de Boullogne, souvent confondu avec l’hôtel de Noailles, abrite aujourd’hui l’hôtel de voyageurs Saint-James et Albany.

L'hôtel de Boullogne - Façade sur jardin

L’hôtel de Boullogne – Façade sur jardin

Contrairement à ce qu’affirment nombre d’ouvrages, cet hôtel particulier ne peut être rapproché de l’hôtel de Noailles ou hôtel Pussort, bâti au XVIIe siècle, connu pour sa façade dessinée par Jean Marot. Comme le souligne l’historien de l’Art Alexandre Gady, l’hôtel de Noailles se trouvait plus à l’Ouest, au-delà de la rue du 29 juillet. Il fut démoli en 1830.

L'hôtel de Boullogne - Façade sur cour

L’hôtel de Boullogne – Façade sur cour

L’hôtel que nous voyons encore aujourd’hui est une œuvre de l’architecte Michel Tannevot (1685-1762), inspecteur des bâtiments du roi. Cet hôtel est construit en 1751 pour le contrôleur général des Finances Jean de Boullogne. Son père, Bon Boullogne, et son oncle, Louis de Boullogne, furent tous deux des peintres célèbres sous le règne de Louis XIV.

La façade sur cour se découvre en entrant au n° 211 rue Saint-Honoré. La façade sur l’ancien jardin (largement amputée à cause de l’ouverture de la rue de Rivoli) se découvre en entrant au N° 202 rue de Rivoli, dans l’hôtel Saint-James & Albany.

L'hôtel de Boullogne : la façade sur cour

L’hôtel de Boullogne : la façade sur cour

Pour l’architecte Michel Tannevot, voir également l’hôtel des Vieux, l’hôtel Castanier, l’hôtel Thiroux de Lailly, l’hôtel Tannevot.

Elévation de la façade de l'hôtel Pussort - Façade coté jardin - Devenu hôtel de Noailles, il est abattu en 1830

Elévation de la façade de l’hôtel Pussort – Façade coté jardin – Devenu hôtel de Noailles, il est abattu en 1830

Source :
Gady (Alexandre), Les hôtels particuliers de Paris, Paris, Parigramme, 2008.