L’église Notre-Dame
des Blancs-Manteaux

L’église Notre-Dame des Blancs-Manteaux

L’église des Blancs-Manteaux : la nef décorée de pilastres corinthiens

Plusieurs ordres successifs

En 1258, Saint-Louis donne un couvent aux moines de l’ordre des Servites de Marie. Les servites sont surnommés les Blancs-Manteaux en raison de leur habit de couleur blanche, symbole de la virginité de la Vierge. Cet ordre mendiant est destiné à la vie contemplative, mais également à l’apostolat.

En 1274, des frères Ermites de l’ordre de Saint-Guillaume, appelé Guillemites, remplacent les Blancs-Manteaux dans ce monastère. Au XVIIe siècle, des moines bénédictins de la congrégation de Saint-Maur les remplacent à leur tour. Ils y installent leur noviciat, fort réputé et rival de celui de Saint-Germain-des-Prés.

L'église des Blancs-Manteaux - Le clocher

L’église des Blancs-Manteaux – Le clocher

Une église rebâtie au XVIIe siècle

Le couvent menaçant, il est reconstruit de 1685 à 1690 par l’architecte Charles Duval. Faute de moyen, le portail de la façade Sud n’est pas achevé. A l’intérieur, l’édifice est dépourvu de transept. La nef voûtée en berceau est particulièrement lumineuse : elle est éclairée par de vastes fenêtres hautes cintrées et repose sur de grandes arcades scandées de pilastres corinthiens. Ces arcades sont sommées de 18 médaillons figurant la Vierge, le Christ, les apôtres, les saints.

L'église des Blancs-Manteaux - La façade de l'ancienne église des Barnabites remontée sur le portail Sud

L’église des Blancs-Manteaux – La façade de l’ancienne église des Barnabites remontée sur le portail Sud

La façade de l’église des barnabites

L’église des Blancs-Manteaux ne recevra sa façade qu’en 1863 : elle provient de la façade de l’église des Barnabites, sur l’île de la Cité, élevée en 1703 par l’architecte Jean-Sylvain Cartaud (1675-1758). Cette église fut démolie au moment du percement du boulevard du Palais : l’architecte Victor Baltard fit remonter cette façade sur le portail de l’église des Blancs-Manteaux.

De belles proportions, la façade de Cartaud est percée d’une porte en plein cintre encadrée de pilastres doriques. Au-dessus, la fenêtre centrale est encadrée de pilastres ioniques ; elle s’épaule sur deux consoles renversées placées aux extrémités. Autre vestige du couvent, la fontaine dite des Guillemites, œuvre de Jean Beausire (1705), a été remontée en 1929 contre le mur Est de l’église.

Pour l’architecte Jean-Sylvain Cartaud, voir également l’hôtel de Boisgelin, la maison du duc d’Orléans, la confrérie des Orfèvres, le couvent de la Madeleine de Traisnel, la basilique Notre-Dame des Victoires, le lotissement de l’hôtel de Choiseul.

Pour l’architecte Victor Baltard, voir également l’église Saint-Augustin, l‘église Saint-Philippe du Roule, l’hôtel du Timbre, l’église du Saint-Esprit, la Mairie du 2e arrondissement, les Halles de Paris.

Source :
Chadych (Danielle), Le Marais, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2010.

Adresse : 12 rue des Blancs-Manteaux

Métro : Hôtel de Ville

Arrondissement : 4e

Téléphone :