Le regard de la Lanterne

Le regard de la Lanterne

Le regard de la Lanterne est une pittoresque construction datant du XVIe sicèle, tête de pont de l’aqueduc de Belleville.

Le regard de la Lanterne

Le regard de la Lanterne

L’aqueduc de Belleville

Dès le XIIe siècle, les moines propriétaires de terrains sur les hauteurs de Belleville comprennent l’intérêt de stocker l’eau de ruissèlement dans des bassins souterrains. Par des aqueducs souterrains, l’eau est ensuite acheminée vers le centre de Paris où ils détiennent plusieurs propriétés, dont le prieuré Saint-Martin des Champs.

Les regards sont des petites constructions réparties tout le long du parcours de l’eau. Elles servent à surveiller son écoulement et à procéder éventuellement à des dérivations.

Le prévôt des marchands était responsable de la surveillance de ces regards car ils alimentaient également les fontaines de Paris. Il s’agissait de contrôler la qualité de l’eau, la propreté du regard et de réprimer les dérivations frauduleuses. Ainsi, dès le XVe siècle, l’aqueduc de Belleville alimente les fontaines Maubuée, de Marle, de la Saint-Avoyes, de la rue Barre-du-Bec, de la porte Baudoyer et de Saint-Julien.

Le Regard de la Lanterne

Construit entre 1583 et 1613, le Regard de la Lanterne est la tête de pont de l’aqueduc de Belleville. D’un diamètre de 4,70m, cet édifice en pierre est haut de 8m80m. Un escalier à double rampe permet d’atteindre le bassin. Son originalité réside dans sa forme ronde et son dôme surmonté d’un lanternon.

Ce Regard est situé au milieu d’un jardin public, le jardin du Regard de la Lanterne. Il se visite parfois au moment des Journées du Patrimoine.

Il subsiste deux autres regards de l’aqueduc de Belleville : le regard des Messiers (17 rue des cascades) et le regard de la Roquette (36 rue de la Mare).

Sources :
– Guide du promeneur 19e arrondissement, Elisabeth Philipp, Parigramme, 1994.

VISITES GUIDÉES