Le pavillon de l’Ermitage

Le pavillon de l’Ermitage

Le château de Bagnolet – gravure ancienne

Le château de Bagnolet

Le château de Bagnolet est construit au XVIIe siècle pour Marie de Bourbon-Condé (1606-1692), épouse du prince de Savoie-Carignan. Acquis par un fermier général, François le Juge, le domaine est acheté en 1719 par le richissime duc d’Orléans, Régent de France pendant la minorité du futur Louis XV. Son épouse, Melle de Blois, la duchesse d’Orléans, fille légitimée du roi Louis XIV et de la marquise de Montespan, en fait sa résidence favorite. Outre le château qu’elle agrandit, la duchesse fait édifier trois pavillons dans le parc dont le pavillon de l’Ermitage. Elle y meurt en 1749. En 1769, les descendants Orléans vendent le château qui est morcelé puis démoli. A sa place, l’hospice Alquier-Debrousse est fondé en 1884 par l’Assistance Publique.

Le pavillon de l’Ermitage

Un pavillon construit sous la Régence

Le pavillon de l’Ermitage est un bel exemple de pavillon d’époque Régence. Il est construit entre 1723 et 1727. Ce pavillon d’agrément s’apparente aux « folies » à la mode à cette époque. Il est uniquement utilisé à la belle saison. A l’intérieur, des peintures murales en grisaille représentent des saints-ermites en méditation et ont laissé son nom au pavillon. Réalisées par Jean Valade, portraitiste renommé, trois d’entre elles sont parvenues jusqu’à nous. Dans le salon, des peintures murales à la grecque, datent des années 1760.

Le pavillon de l’Ermitage : peinture murale de Sainte Azelle, attribuée à Jean Valade entre 1723 et 1727 © Wayne77

Un refuge pour les conjurés pendant la Révolution

Propriété d’un avocat, Claude Théodore Merelle de Joigny, entre 1772 et 1787, le pavillon est alors acquis par le baron de Batz, resté célèbre pour ses complots royalistes. Pendant la Révolution, le pavillon sert de refuge aux conjurés qui tentent de sauver Louis XVI le 21 janvier 1793 le jour de son exécution,; ils fomenteront également un complot raté pour évader la reine Marie-Antoinette de la prison du Temple. A partir de 1887, le pavillon de l’Ermitage sert de bureaux directoriaux pour l’hospice Alquier Debrousse. Depuis 2005, il est ouvert au public grâce à l’action de l’association des Amis de l’Ermitage, très active dans la mise en valeur de ce rare pavillon Régence dans Paris.

Horaires d’ouverture : ouvert du jeudi au dimanche, de début mars à fin juillet et de début septembre à mi-décembre. L’entrée est payante. Visite guidée uniquement sur rendez-vous.

Sources :
Dubois (Anne-Marie), Guide du promeneur 20e arrondissement, Paris, Parigramme, 1993.
Pavillon de l’Ermitage

Adresse : 148 rue de Bagnolet

Métro : Porte de Bagnolet

Arrondissement : 20e

Téléphone : 01 40 24 15 95