Le passage du Chantier

Le passage du Chantier

A l’apogée du faubourg Saint-Antoine, le passage du Chantier était occupé par les artisans du meuble qui firent la renommée des Arts décoratifs français des XVIIe et XVIIIe siècles.

Le passage du Chantier

Le passage du Chantier

Le passage du Chantier tire son nom des chantiers de bois où étaient stockés les matériaux nécessaires au travail des menuisiers et ébénistes du quartier.

Il reliait également la rue du faubourg Saint-Antoine et la rue de Charenton où se concentraient énormément d’ateliers occupés par les artisans du meuble : menuisiers, ébénistes, sculpteurs, laqueurs, vernisseurs, tapissiers.

Le passage du Chantier

Le passage du Chantier

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le faubourg Saint-Antoine alors à son apogée accueillit à son apogée les plus grands ébénistes attirés par les privilèges offerts par l’abbaye Saint-Antoine. Leurs ateliers étaient concentrés rue du faubourg Saint-Antoine, rue de Charenton, rue Saint-Nicolas : les plus célèbres sont Etienne Levasseur, Joseph, Jacques Bircklé, Roger Vandercruse (dit Lacroix), Jacques Dubois, etc.

Avec le déclin de la profession d’ébéniste à la fin du XIXe siècle, des marchands de meubles et de passementeries se sont aujourd’hui substitués aux ateliers.