Le jardin
d’agronomie tropicale

Le jardin d’agronomie tropicale
Le jardin d'agronomie tropicale : la porte chinoise

Le jardin d’agronomie tropicale : la porte chinoise

Situé en bordure du bois de Vincennes, ce jardin de 6,5 hectares est d’abord le terrain d’essai d’expériences agronomiques lancées en 1899. Boutures et graines de caféiers, bananiers, caoutchoutiers, cacaoyers, vanilliers sont produites dans des serres puis expédiées outremer afin d’accroître les productions des colonies françaises.

Le jardin d'agronomie tropicale : le temple du souvenir indochinois

Le jardin d’agronomie tropicale : le temple du souvenir indochinois

De mai à octobre 1907, une exposition coloniale est organisée sur le site par la société française de colonisation. Plusieurs pavillons sont récupérés d’expositions précédentes (la maison cochinchinoise, le pavillon de la Réunion, le pavillon du Congo).

Le jardin d'agronomie tropicale : le pont tonkinois

Le jardin d’agronomie tropicale : le pont tonkinois

Six sites sont également créés afin de reproduire les habitats traditionnels de villages congolais, indochinois, kanak, malgache, soudanais et touareg. Largement critiqué depuis, le recrutement d’habitants de ces colonies, déguisés pour l’occasion dans des habits traditionnels, permet d’offrir des spectacles aux visiteurs (entre 1 et 2 millions !) : un souvenir peu glorieux pour notre pays.

Le jardin d'agronomie tropicale : le pavillon de l'Indochine

Le jardin d’agronomie tropicale : le pavillon de l’Indochine

Pendant la première Guerre mondiale, le site sert d’hôpital pour les troupes coloniales engagées dans le conflit. Plusieurs monuments aux morts y sont érigés après guerre à la mémoire des combattants issus de ces colonies.

Le jardin d'agronomie tropicale : l'esplanade du dinh

Le jardin d’agronomie tropicale : l’esplanade du dinh

Le jardin accueille ensuite l’Ecole d’agronomie tropicale puis est affecté au Centre technique forestier tropical. Puis le CIRAD (Centre de coopération international en recherche agronomique pour le développement) occupe le site jusqu’en 1995.

Le jardin d'agronomie tropicale : le pavillon de la Réunion

Le jardin d’agronomie tropicale : le pavillon de la Réunion

En 2003, la Ville de Paris rachète le site du jardin d’agronomie tropical. Les pavillons, pour certains en ruine, sont isolés du jardin par des clôtures. Seul le pavillon de l’Indochine, construit à l’origine pour l’Exposition universelle de 1900, a été rénové en 2011 et sert à des événements.

Le jardin d'agronomie tropicale : le pavillon de la Tunisie

Le jardin d’agronomie tropicale : le pavillon de la Tunisie

Si la végétation exotique a presque entièrement disparu, le jardin conserve au milieu d’une végétation endémique plusieurs éléments architecturaux et monuments aux morts, pour certains ruinés : la porte chinoise, le pont tonkinois, le pont khmer, l’esplanade du Dinh, le temple du souvenir indochinois (ancienne maison cochinchinoise), le pavillon de la Réunion, la serre du Dahomey, le pavillon de la Tunisie, le pavillon de la Guyane, le pavillon du Maroc.

Le jardin d'agronomie tropicale : cours d'eau

Le jardin d’agronomie tropicale : cours d’eau

Libre d’accès et ouvert tous les jours, le jardin d’agronomie tropicale offre certainement l’une des balades les plus insolites et les plus dépaysantes de la capitale.

Adresse : 45 avenue de la Belle Gabrielle

Métro : RER A station Nogent-sur-Marne

Arrondissement : 12e

Téléphone :