Le cimetière protestant

Le cimetière protestant

Cette cour plantée d’arbres dans laquelle se dressent des colonnes doriques était au XVIIe siècle un cimetière protestant, le cimetière Saint-Pierre.

Vestiges de l'ancien cimetière protestant

Vestiges de l’ancien cimetière protestant

Au XVIe siècle, les protestants habitant le faubourg Saint-Germain sont enterrés dans un jardin jouxtant la chapelle Saint-Pierre de l’hôpital de la Charité (voir la cathédrale Saint-Vladimir-le-Grand).

En 1604, un terrain situé en face est mis à la disposition de l’Eglise réformé : il prend le nom de cimetière Saint-Pierre. Des protestants célèbres y sont alors enterrés : les architectes Jacques II Androuet du Cerceau et Salomon de Brosse, la famille Gobelin, Valentin Conrart.

A la révocation de l’édit de Nantes en 1685, les protestants doivent désormais enterrer leurs morts dans des lieux secrets. Ils le font généralement dans les jardins de leur propriété ou bien dans des terrains vagues.

L’ancien cimetière Saint-Pierre est récupéré par l’hôpital de la Charité (démoli et remplacé au XXe siècle par l’école pratique de la Faculté de Médecine Paris-Descartes). Ce cimetière était situé dans la cour plantée d’arbres que nous voyons au n° 30 rue des Saint-Pères.

L’immeuble sur rue abrite la boutique Debauve et Gallais, anciens fournisseur en chocolat des derniers rois de France. Son somptueux décor intérieur date de la Restauration.

Sources :
Leborgne (Dominique), Saint-Germain-des-Prés et son faubourg, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.
Trouilleux (Rodolphe), Paris secret et insolite, Paris, Parigramme, 2012

VISITES GUIDÉES