Le Manoir de Paris
La faïencerie Boulenger

Le Manoir de Paris La faïencerie Boulenger

La faïencerie Boulenger

La faïencerie Boulenger

Le quartier du cristal et de la faïence

La rue de Paradis est longtemps restée la rue du cristal, de la porcelaine et de la faïence à Paris. La proximité de la gare de l’Est permettait l’acheminement de matières premières venues de Lorraine. Vers 1831, la maison Baccarat et la Cristallerie de Saint Louis s’installent dans cette rue.

Les faïenceries de Choisy-le-Roi

Une maison célèbre s’installe en 1889 au n° 18 : la faïencerie de Choisy-le-Roi. Fondé en 1804 par les frères Paillart, cette entreprise prend un essor considérable grâce à l’un des associés, Hippolyte Boulenger. En 1863, Hippolyte Boulenger reste seul à la tête de l’entreprise. A partir de 1878, il réussit à imiter parfaitement la porcelaine de Chine. En 1900, la fabrique de Choisy-le-Roi emploie 1.500 ouvriers. Elle est réputée pour sa palette de coloris, notamment les rouges et les orangés d’un éclat inégalé. A la même époque, la société est sollicitée pour fabriquer les carreaux de faïence blanche du métro parisien.

La faïencerie Boulenger

La faïencerie Boulenger

Une remarquable vitrine commerciale

En 1889, Paul Boulenger confie aux architectes G. Jacottin et Ernest Brunarius la construction d’un nouveau siège social rue de Paradis. Le lieu doit également servir de dépôt et de vitrine commerciale à la marque : il constitue une sorte de catalogue grandeur nature des produits proposés, mosaïques ou carreaux de faïence.

Très étroit sur la rue, l’édifice se signale par une remarquable façade d’inspiration Renaissance où figure en lettres d’or « H. Boulenger ». On passe sous le long vestibule où de grandes compositions colorées sont éblouissantes, notamment un combat de coqs. Beaucoup de ces compositions sont l’œuvre du peintre et céramiste A-J Arnoux en charge de l’atelier de décoration. Dans la cour intérieure, deux autres compositions de Guidetti présentent de beaux contrastes de bleus azurs et d’ocres.

Au fond se dresse l’ancien dépôt. Accessible par un escalier, il s’articule autour d’un patio intérieur qui sert de salle d’exposition. Un escalier mène à la loggia du premier étage; il est agrémenté d’une belle composition de flamands roses. Les grèves de 1936 signe malheureusement la fermeture de la manufacture de Choisy. La production se poursuit jusqu’en 1955 sur le site de Creil-Montereau.

La manoir de Paris, un lieu pour frissonner

Aujourd’hui, seule une branche de la maison Boulenger subsiste dans les activités de carrelage et de moquettes. L’ancien dépôt de la faïencerie Boulenger est devenu aujourd’hui le cadre du « Manoir de Paris » un lieu conçu pour frissonner et découvrir le Paris mystérieux. C’est aussi le moyen de découvrir cette construction insolite classée Monument Historique depuis 1981.

Horaires d’ouverture : ouvert le vendredi de 18h à 22h, le samedi et dimanche de 15h à 19h.

La faïencerie Boulenger

La faïencerie Boulenger

Sources :
Duclert (Ariane), Guide du promeneur 10e arrondissement, Paris, Parigramme, 1996.

Adresse : 18 rue de Paradis

Métro : Gare de l’Est

Arrondissement : 10e

Téléphone : 06 70 89 35 87