La cour des Bourguignons

La cour des Bourguignons
La cour des Bourguignons

La cour des Bourguignons

Au XVIIe siècle, cette cour est appelée « cour des Bourguignons » sans que l’on en connaisse l’origine. Elle abrite alors la pension pour enfants « l’Institution de la Providence ». Au XVIIIe siècle, la manufacture de meubles Krieger s’y installe. De 1862 à 1866, Charles-Auguste Hollande, négociant en bois, fait élever dans la cour deux longs bâtiments dotés de grandes baies vitrées. Il est le grand fournisseur en bois des ébénistes du faubourg Saint-Antoine. En 1868, un bâtiment vitré à armature de fer est ajouté perpendiculairement; il fait la jonction entre les deux bâtiments. Une machine à vapeur est installée au rez-de-chaussée surmontée d’une cheminée en brique de 32 mètres.

La cour des Bourguignons

La cour des Bourguignons

Le successeur de la maison Krieger, Henri Racault, loue vers 1868 ces bâtiments. Il emploie alors 500 à 600 artisans ouvriers (dessinateurs, sculpteurs, ébénistes, tapissiers). Sa maison, fort réputée, participe aux Expositions universelles de 1855 et 1867. Par la suite, un monsieur Damon rachète l’entreprise et fait ajouter en 1880 de nouveaux bâtiments autour d’une seconde cour par l’architecte Dubourg. Aujourd’hui, cette cour accueille des entreprises, agences et professions artistiques. La cour des Bourguignons est visible depuis la grille d’entrée qui la ferme.

Source :
Chadych (Danielle), Guide du promeneur 12e arrondissement, Paris, Parigramme, 1995.

Adresse : 74 rue du Faubourg Saint-Antoine

Métro : Ledru-Rollin

Arrondissement : 12e

Téléphone :