L’immeuble locatif des Théatins
Rue de Lille

L’immeuble locatif des Théatins Rue de Lille

L'immeuble locatif des Théatins : la façade sur rue

L’immeuble locatif des Théatins : la façade sur rue

Les Théatins sont un ordre religieux créé en Italie ; ils professent une grande pauvreté. Venus en France en 1647 à la demande du cardinal Mazarin, ils s’installent quai Voltaire. Le couvent des Théatins possède deux entrées : l’une sur le quai Voltaire, l’autre au n°26 rue de Lille.

En 1730, les Théatins décident de faire raser trois maisons locatives qu’ils possèdent rue de Lille. A la place, l’architecte Nicolas Lhuillier de La Tour édifie le superbe immeuble locatif que nous voyons aujourd’hui. Il est très fréquent sous l’Ancien Régime que les communautés religieuses investissent dans la pierre pour en tirer des revenus complémentaires.

L'immeuble locatif des Théatins : l'aile perpendiculaire sur cour

L’immeuble locatif des Théatins : l’aile perpendiculaire sur cour

L’édifice comprend un corps de bâtiment sur rue et une aile perpendiculaire en retour dans la cour. La façade sur rue est dotée d’arcades et d’un mur à refends englobant le rez-de-chaussée et l’entresol : ces deux niveaux sont destinés à des boutiques. Les mascarons et cartouches sculptés aux clefs des arcades sont l’œuvre du grand sculpteur ornemaniste Nicolas Pineau, l’un des créateurs du style rocaille français.

Au-dessus s’élèvent trois niveaux d’habitation décroissants en hauteur. Les baies sont entourées de bandeaux saillants et dotées d’élégants garde-corps finement ciselés. L’aile sur cour présente le même vocabulaire architectural.

L'immeuble locatif des Théatins : la cour et à droite le grosse tour (sous bâches)

L’immeuble locatif des Théatins : la cour et à droite le grosse tour (sous bâches)

Dans la cour subsiste une grosse tour ronde percée de baies : ce serait un vestige de la chapelle Saint-André Avelin bâtie par l’architecte Denis-Louis Liévain au début du XVIIIe siècle.

Pour l’architecte Nicolas Lhuillier de La Tour, voir également le prieuré Saint-Martin des Champs.

Sources :
Hillairet (Jacques), Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Editions de Minuit, réédition de 1997.
Leborgne (Dominique), Saint-Germain des Prés et son faubourg, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.

Adresse : 30 rue de Lille

Métro : Rue du Bac

Arrondissement : 7e

Téléphone :

VISITES GUIDÉES