L’hôtel Sauvageot

L’hôtel Sauvageot

L’immeuble sur rue a été bâti sous le 1er Empire. Sa façade est caractérisée par des arcades à bossages embrassant le rez-de-chaussée et l’entresol. Au-dessus s’élèvent deux étages striés de refends. Une plaque rappelle que le peintre Camille Corot (1796-1875) y résida à la fin de sa vie et y mourut. Il habitait à proximité de son atelier, situé rue de Paradis.

Au fond de la cour s’élève un bâtiment construit sous Louis-Philippe. Au-dessus du rez-de-chaussée et d’un 1er étage peu élevé se situe l’étage noble de l’hôtel particulier. Ses hautes fenêtres sont encadrées de pilastres cannelés surmontés de chapiteaux; elles sont dotées de balustres de pierre. Les trois niveaux supérieurs en brique ont été ajoutés ultérieurement.

L'hôtel Sauvageot

L’hôtel Sauvageot

Cet hôtel est alors la demeure d’un célèbre collectionneur, Alexandre-Charles Sauvageot (1781-1860). Violoniste de profession, il fut également archéologue et conservateur des musée impériaux.

Passionné d’objets d’art du Moyen-Age et de la Renaissance, Sauvageot fait de son appartement de la rue du Faubourg Poissonnière un véritable petit musée. Le lieu rassemble meubles, tableaux, bijoux, céramiques, sculptures, instruments de musique, etc.

Avant sa mort, Alexandre-Charles Sauvageot fait don de ses collections au musée du Louvre où elles sont exposées. Ses instruments de musique anciens ont rejoint le musée de la Musique de la Philharmonie de Paris.

Source :
Duclert (Ariane), Guide du promeneur 10e arrondissement, Paris, Parigramme, 1996.

Adresse : 56 rue du Faubourg Poissonnière

Métro : Poissonnière

Arrondissement : 10e

Téléphone :