L’hôtel de Brunvilliers

L’hôtel de Brunvilliers

L'hôtel de Brunvilliers : la façade et le portail sur la rue

L’hôtel de Brunvilliers : la façade et le portail sur la rue

La famille Gobelin

En 1620, Balthazar Gobelin, président aux Comptes, achète une demeure qui aurait été construite en 1547 pour Morelet de Museau, valet de chambre du roi. Il fait partie de la célèbre famille de teinturier Gobelin qui a donné son nom à un quartier et au musée des Gobelins.

En 1646, l’un de ses fils, Antoine Gobelin, en hérite. Titré marquis de Brunvilliers et commandant du régiment d’Auvergne, il épouse en 1651 Marie-Madeleine de Dreux d’Aubray (1630-1676). Brinvilliers possède alors une belle fortune et fait richement meubler l’hôtel.

L'hôtel de Brunvilliers : la façade sur la cour

L’hôtel de Brunvilliers : la façade sur la cour

La marquise de Brunvilliers

Marie-Madeleine de Brunvilliers ne tarde pas à prendre pour amant un ami de son mari, Jean-Baptiste Godin de Sainte-Croix, officier de cavalerie. Le père de Marie-Madeleine, lieutenant civil en la prévôté de Paris, fait embastiller Godin le 6 mars 166;  il y séjourne quelques mois seulement.

Loin de renoncer à sa liaison avec la marquise, Godin va l’aider à empoisonner ses frères et son père pour toucher l’héritage familial. Il s’est en effet initié à la préparation de poisons avec un chimiste du jardin des Plantes.

L'hôtel de Brunvilliers : la façade sur rue

L’hôtel de Brunvilliers : la façade sur rue

Patatras : Godin de Sainte-Croix meurt ruiné en 1672 et les scellées sont posées chez lui. Les autorités découvrent alors une cassette contenant des poisons et des lettres compromettantes de la marquise. Celle-ci s’enfuit à l’étranger pour échapper à la justice. Arrêtée et jugée, la marquise de Brunvilliers est exécutée le 17 juillet 1676 en place de Grève.

Les embellissements du XVIIIe siècle

L’hôtel appartient de 1708 à 1721 à Nicolas-Joseph Foucault, marquis de Magny. Collectionneur et bibliophile, il fait moderniser sa demeure : la façade sur rue et son magnifique portail, l’escalier d’honneur et sa rampe finement ciselée datent de cette période.

L'hôtel de Brunvilliers : l'aile gauche dans la cour

L’hôtel de Brunvilliers : l’aile gauche dans la cour

En 1846, l’hôtel est acquis par une congrégation religieuse, les sœurs du Bonsecours de Troyes. Aujourd’hui, il est séparé en appartements. La cour de l’hôtel n’est pas accessible mais y jeter un coup d’œil grâce à un résident bienveillant est possible.

L'hôtel de Brunvilliers : l'aile gauche se prolonge par un second corps de logis donnant sur un jardin.

L’hôtel de Brunvilliers : l’aile gauche se prolonge par un second corps de logis donnant sur un jardin.

Source :
Chadych (Danielle), Le Marais, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2010.

L'hôtel de Brunvilliers : le portail

L’hôtel de Brunvilliers : le superbe portail sommé d’un mascaron

Adresse : 10-12 rue Charles V

Métro : Saint-Paul

Arrondissement : 4e

Téléphone :