L’hôtel d’Osmont

L’hôtel d’Osmont

L'hôtel d'Osmont ) Il est situé à l'angle de la rue Saint-Sauveur et de la rue Dusssoubs

L’hôtel d’Osmont ) Il est situé à l’angle de la rue Saint-Sauveur et de la rue Dusssoubs

Cet hôtel particulier bâti vers 1750 remplace l’hôtel de Famini, datant du XVIIe siècle. Il est construit dans un but locatif pour le compte de Marc Juvénal Osmont, Secrétaire du Roi.

De 1774 à 1783, Marguerite Stock, dite La Gourdan, une célèbre entremetteuse, y dirige une fameuse maison de rendez-vous. Surnommée « la surintendante des plaisirs de la Ville et de la Cour », elle officiait auparavant dans une maison située rue Comtesse d’Artois (rue Montorgueil). Elle dut quitter cette adresse à cause de démêlées avec la police.

L'hôtel d'Osmont - La cage d'escalier

L’hôtel d’Osmont – La cage d’escalier

L’entrée de la maison est discrète : elle se fait alors par le n° 23 rue Dussoubs (et non par l’entrée principale de l’hôtel) et aboutit chez un antiquaire. De là, un escalier mène à des appartements. Ce fut une maison de plaisir parmi les plus réputées et les mieux fréquentées de Paris. Ainsi, La Gourdan y recevait la fine fleur de l’aristocratie : le prince de Conti, le marquis de Fitz-James, le chevalier de Coigny, le duc de Chartres, le duc de Mazarin, le duc de Grammont, le marquis de Romcy, le marquis de Nesle, le duc de Fronsac, le fermier général Dangé, le marquis de Genlis, le duc de Luynes, le marquis César de Talaru, le marquis de Duras, le duc de la Trémoille.

L'hôtel d'Osmont - La cage d'escalier

L’hôtel d’Osmont – La cage d’escalier

L’hôtel est constitué de deux ailes perpendiculaires formant un L. Les façades en pierre de taille expriment la grâce de l’architecture Louis XV : les murs sont sobrement animés par des bandeaux horizontaux entre les étages. Les fenêtres légèrement cintrées sont entourées de bandeaux saillants et agrémentées de garde-corps finement ciselés.

Dans l’entrée, le vestibule est agrémenté de chapiteaux ioniques. Il mène à un très bel escalier doté d’une admirable rampe en fer forgé de style Louis XV et décoré de niches et de statues. En semaine, le vestibule et l’escalier de l’hôtel d’Osmond sont librement accessibles.

Sources :
Hillairet (Jacques), Connaissance du Vieux Paris, Paris, le Rivage, 1956.
Leborgne (Dominique), Guide du promeneur 2e arrondissement, Paris, Parigramme, 1995.

Adresse : 12 rue Saint-Sauveur

Métro : Etienne Marcel

Arrondissement : 2e

Téléphone :