L’hôtel Antier
Le siège du CNRS

L’hôtel Antier Le siège du CNRS
L'hôtel Antier : la façade sur cour

L’hôtel Antier : la façade sur cour

La rue d’Auteuil conserve encore aujourd’hui de nombreuses maisons du XVIIIe siècle. Elles datent de l’ancien village d’Auteuil, annexé à Paris en 1860.

Une cantatrice aux nombreux soupirants

Bâti en 1715, l’hôtel Antier était considéré comme la plus belle propriété du village. Il est construit pour une célèbre cantatrice de l’Opéra, Melle Antier. En 1726, elle se marie au riche M. Dorval, inspecteur de la gabelle. Sa maison de campagne devient le cadre de fêtes somptueuses où la Cour est invitée. En 1744, elle organise une fête mémorable pour la convalescence de Louis XV alors malade.

Connue pour collectionner les amants, Melle Antier offre simultanément ses faveurs au prince de Carignan et au fermier-général Le Riche de La Popelinière.

L'hôtel Antier : la façade sur le jardin

L’hôtel Antier : la façade sur le jardin

Les sœurs de Verrières : la Belle et la Bête

En 1752, la propriété passe à deux sœurs, Marie et Geneviève Rainteau, filles d’un limonadier de la rue Greneta. Elles étaient surnommées « la Belle et la Bête », car l’une rayonnait par sa beauté, l’autre, bien que jolie, consternait par sa stupidité.

Marie Rainteau, se faisant appeler Rainteau de Verrières pour paraître moins roturière, collectionne elle aussi les conquêtes masculines. Elle eut en septembre 1748 une enfant illégitime avec le maréchal de Saxe, prénommée Marie-Aurore. Mariée une première fois au comte de Horn, Marie-Aurore de Saxe se remaria en 1777 avec Monsieur Dupin de Francueil, riche fermier-général. Leur fils, Maurice Dupin de Francueil, aura à son tour une fille prénommée Aurore, qui n’est autre que l’écrivaine Georges Sand.

L'hôtel Antier

L’hôtel Antier

L’amant fortuné : le marquis d’Epinay

Après le maréchal de Saxe, l’homme de lettres Jean-François Marmontel puis le duc de Bouillon, Marie Rainteau a pour amant le marquis Louis de La Live d’Epinay. Devenu très riche à la mort de son père, le marquis d’Epinay offre à sa maîtresse un hôtel particulier en ville et une folie à Passy : l’hôtel d’Epinay (démoli), rue de la Chaussée d’Antin, et l’hôtel Antier, rue d’Auteuil.

A l’hôtel Antier comme à l’hôtel d’Epinay, les deux sœurs de Verrières (elles vivent ensemble) donnent des fêtes somptueuses. Formées à la troupe de théâtre qui accompagnait le maréchal de Saxe dans ses campagnes, elles font même construire un petit théâtre de 400 places (démoli) au fond du parc de l’hôtel Antier. On y joue des pièces interdites en ville comme La partie de Chasse d’Henri IV de Collé.

En 1767, la propriété est vendue à Monsieur de Rouhault. Puis elle change de main de nombreuses fois. De septembre 1784 à août 1785, elle est habitée par une famille américaine : John Adams (1735-1826), représentant des Etats-Unis en France, et son fils John Quincy Adams (1767-1848). Tous deux seront plus tard Présidents des Etats-Unis.

L'hôtel Antier : façade sur le parc

L’hôtel Antier : façade sur le parc

Une demeure très dénaturée

A l’origine, l’hôtel Antier ne comprend qu’un corps de logis entre cour et jardin. De style Louis XVI, les deux ailes perpendiculaires côté cour ont été rajoutées ultérieurement. Seule la façade côté parc semble être d’origine. Elle est décorée d’un fronton circulaire dans lequel un cartouche représente une jeune fille, qui serait peut-être Marie Antier.

Au-dessus de la corniche, l’étage d’attique est couronné de deux amours accoudés à un cartouche et reliés par des guirlandes. Des statues du sculpteur Coustou se dressaient à l’origine aux extrémités. A l’intérieur, l’hôtel conserve quelques boiseries.

L'hôtel Antier

L’hôtel Antier

Le siège du CNRS

En 1954, l’hôtel Antier est vendu par Eugène de Rothschild, alors propriétaire, à la Compagnie Française des Pétroles. Peu soucieuse de préserver le site, celle-ci fait construire plusieurs bâtiments très disgracieux à proximité de la demeure, amputant au passage une partie du parc existant. Depuis 1993, le CNRS a installé son siège dans l’hôtel. L’entrée est située au n°3 rue Michel Ange.

Sources :
Crosnier Leconte (Marie-Laure), Guide du promeneur 16e arrondissement, Paris, Parigramme, 1995.
Hillairet (Jacques), Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Editions de Minuit, réédition de 1995.

Adresse : 43-47 rue d’Auteuil

Métro : Michel-Ange Auteuil

Arrondissement : 16e

Téléphone :