Jardin d’enfants
Les Hauts de Belleville

Jardin d’enfants Les Hauts de Belleville

Les Hauts de Belleville : le jardin d’enfants

La communauté religieuse « l’œuvre des Otages »

La semaine sanglante marque l’épisode final de la Commune de Paris. Le 26 mai 1871, une cinquantaine de personnes (11 prêtres, 36 gardes et 4 civils) sont exécutées par les Fédérés sur un terrain rue Haxo, qui prendra le nom de « villa des otages ». En 1892, une congrégation de pères Jésuites s’installe proche du lieu du massacre et met en place des œuvres religieuses et sociales destinées aux habitants du quartier. En juin 1945, l’association « Les œuvres des otages » est fondée par les pères jésuites. Sous l’impulsion du père Thouvenin, elle décide en 1957 de faire construire un immeuble communautaire de 158 logements pour familles modestes, un jardin d’enfants, un foyer de jeunes travailleurs et une Maison des Jeunes et de la Culture (MJC). L’un des enjeux est de favoriser la mixité sociale et la vie communautaire. L’architecte choisi est Claude Béraud, Prix de Rome.

Les Hauts de Belleville : le jardin d’enfants

Une des premières architectures brutalistes à Paris

Ayant adopté les principes de l’architecture moderne, Béraud montre ici son admiration pour les récentes œuvres de Le Corbusier : l’Unité d’habitation de Marseille (1952) et les maisons Jaoul (1955) à Neuilly-sur-Seine. Ainsi, le jardin d’enfants est l’un des premiers bâtiments brutalistes élevés à Paris. Comme pour les maisons Jaoul, les matériaux sont laissés bruts : l’ossature est en béton armé apparent et le remplissage en brique. Les deux murs pignons en béton « brut de décoffrage » sont coulés sur place. Les façades sud et nord sont très largement vitrées pour laisser entrer la lumière; les menuiseries en bois concourent habillement à leur animation. Ce bâtiment abrite aujourd’hui les locaux de la paroisse Notre-Dame des Otages.

A côté, Béraud réalise dans le même style le foyer de jeunes travailleurs. Il comprend 110 lits répartis en 50 chambres individuelles et 18 dortoirs de 3 à 4 places. La MJC occupe le rez-de-chaussée. L’immeuble de logements, construit en béton armé et panneaux préfabriqués, est situé à l’arrière de la parcelle. Cet ensemble de bâtiments est appelé « les Hauts de Belleville ».

Les Hauts de Belleville : le jardin d’enfants

Sources :
Lapierre (Eric), Guide d’architecture Paris 1900-2008, Paris, Pavillon de l’Arsenal, 2008.
Texier (Simon), Architectures brutalistes, Paris et environs, Paris, Parigramme, 2019.
MJC Les Hauts de Belleville

Les Hauts de Belleville : le foyer de jeunes travailleurs

Adresse : 43-51 rue du Borrego

Métro : Saint-Fargeau

Arrondissement : 20e

Téléphone :