Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel de Nivernais Caserne de la Garde républicaine

L’hôtel de Nivernais Caserne de la Garde républicaine


10 rue de Tournon – M° Odéon

6e arrondissement

Connu sous le nom d’hôtel des Ambassadeurs ou hôtel de Nivernais, cet hôtel abrite aujourd’hui une caserne de la garde Républicaine.

L’hôtel de Nivernais - Le portail
©paris-promeneurs

A cet emplacement existe en 1539 une maison construite pour Ambroise Boileau, maître brodeur. Elle est louée à Louis de l’Estoile, président des enquêtes au Parlement de Paris, puis à Charles du Plessis-Liancourt, gouverneur de Paris.

En 1607, une dame d’atour de Marie de Médicis l’achète : Léonora Galigaï est l’épouse de Concino Concini, maréchal de France et marquis d’Ancre. L’hôtel est alors démoli et remplacé par une très belle demeure édifiée par Francesco Bordoni. En 1616, les partisans du prince de Condé se révoltent contre Concini et pillent l’hôtel.

Par la suite, la demeure accueille les ambassadeurs extraordinaires, entre 1621 et 1644, puis de 1668 à 1748. Elle jouit en effet d’une situation privilégiée : elle est proche de l’hôtel de Gondi (passé aux princes de Condé), de l’hôtel du Petit Luxembourg (passé au cardinal Richelieu) et du palais du Luxembourg.

Donné par Louis XV au marquis de Portchartrain, l’hôtel échoit en 1753 à Hélène-Angélique Phélypeaux de la Vrillière, épouse du duc de Nivernais, Louis Mancini-Mazarini (1716-1798). Ce personnage est le fils de Philippe Mancini, duc de Nevers (voir l’hôtel de Nevers), lui-même neveu du cardinal Mazarin.

L’hôtel de Nivernais - Façade sur cour
©paris-promeneurs

En 1769, le duc de Nivernais charge l’architecte Marie-Joseph Peyre, inspecteur des Bâtiments du Luxembourg, de moderniser son hôtel. Le duc, ambassadeur de Louis XV, est alors le protecteur du peintre Hubert Robert et des architectes Charles de Wailly et Marie-Joseph Peyre.

La décoration intérieure fit en son temps l’admiration des visiteurs. Elle a entièrement disparu lors de l’aménagement de l’hôtel en caserne. La rigueur du portail, autrefois sommé d’armoiries, et la simplicité des façades ré-habillées sont à imputer au goût de Peyre pour la sobriété. Elles annoncent le goût de cet architecte pour le néo-classicisme.

L’hôtel est acquis en 1819 par la ville de Paris. L’architecte Charles Rohault de Fleury l’aménage en caserne pour la gendarmerie nationale. Depuis 1871, l’hôtel de Nivernais abrite une caserne de la Garde républicaine.

Pour l’architecte Marie-Joseph Peyre, voir également le théâtre de l’Odéon.

Pour l’architecte Charles Rohault de Fleury, voir également le jardin des Plantes et les hôtels des Maréchaux.

Sources :
- Saint-Germain-des-Prés et son faubourg, Dominique Leborgne, Parigramme, 2005.
- Les architectes parisiens du XVIIIe siècle, Michel Gallet, Mengès, 1995.


10 rue de Tournon – M° Odéon

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris