Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel Giambone ou hôtel Le Peletier de Rosanbo

L’hôtel Giambone ou hôtel Le Peletier de Rosanbo


62-64 rue René Boulanger – M° Strasbourg-Saint-Denis ou République

10e arrondissement

L’hôtel Giambone est un hôtel néoclassique bâti par Nicolas-Claude Girardin pour le banquier Octave-Pie Giambone. Il est également appelé hôtel Le Peletier de Rosanbo.

JPEG - 63.3 ko
L’hôtel Giambone - Elévation de la façade sur rue

Le riche banquier Octave-Pie Giambone

Cet hôtel est bâti en 1779 pour le banquier Octave-Pie Giambone. Originaire de Gênes, Giambone est issu d’une famille de fabricants de tissu. Arrivé à Paris, il abandonne l’affaire familiale pour se lancer avec succès dans la banque puisqu’il devient banquier de la cour.

Giambone épouse Marie-Louise de Marny, qui fut l’une des maîtresses de Louis XV au Parc-aux-Cerfs. Avec sa fortune, il achète une charge de conseiller-secrétaire du roi  , qui lui confère, à vil prix, l’anoblissement au 1er degré.

Le 20 novembre 1793, Giambone est arrêté. Il est d’abord conduit au couvent des Madelonettes. Puis, vu son grand âge, il est transféré à la pension Belhomme pour être soigné et ne sera finalement pas inquiété.

JPEG - 49.1 ko
L’hôtel Giambone - Façade sur rue
©paris-promeneurs

Le marquis de Rosanbo

L’hôtel Giambone est parfois appelé hôtel Le Peletier de Rosanbo. Louis Le Peletier, marquis de Rosanbo, président au Parlement de Paris, y a peut-être résidé. Il sera moins chanceux que Giambone : le 22 avril 1794, il est guillotiné en même temps que son épouse et que son beau-père, l’avocat Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, défenseur de Louis XVI à son procès.

Au début du XIXe siècle, l’hôtel est acquis par la comtesse Merlin, épouse du général d’Empire Antoine Merlin (1771-1839). Elle y tient l’un des salons les plus courus de Paris, où elle accueille notamment Georges Sand, Prosper Mérimée, Honoré de Balzac et Alfred de Musset.

Dans les années 1840, le baron Taylor y fonde ses sociétés de bienfaisance pour les artistes (voir la fondation Taylor), avant de s’installer dans l’immeuble voisin au n°68.

JPEG - 66.8 ko
L’hôtel Giambone - Façade sur rue - L’arcade centrale surmontée d’un grand balcon au niveau du 1er étage, appelé étage noble
©paris-promeneurs

Un hôtel de style néoclassique

L’hôtel Gambionne était à l’origine plus considérable qu’aujourd’hui. On y accédait par une longue allée de tilleuls. Bâti dans le style néoclassique, il est l’œuvre de l’architecte Nicolas-Claude Girardin, et non de Nicolas-Samson Lenoir comme on le dit parfois.

Sur la rue, la façade s’appuie sur un soubassement à refends   percé de 3 arcades. L’arcade de gauche est le portail de l’hôtel. Celle de droite est maintenant percée par un passage ouvrant sur la rue Taylor.

Au-dessus, la façade des 2 étages est striée de refends   horizontaux. A l’étage noble, plusieurs baies sont surmontées de fronton triangulaire reposant sur des consoles  . Le grand balcon, doté de ferronneries aux formes géométriques, repose sur de lourdes consoles   similaires à celles de l’hôtel de Sechtré, son voisin.

Pour l’architecte Nicolas-Claude Girardin, voir également l’hospice Beaujon.

Sources :
- Guide du promeneur 10e arrondissement, Ariane Duclert, Parigramme, 1996.
- Les architectes parisiens au XVIIIe siècle, Michel Gallet, Mengès, 1995.
- La pension Belhomme : une prison de luxe sous la Terreur, Frédéric Lenormand, Fayard.


62-64 rue René Boulanger – M° Strasbourg-Saint-Denis ou République

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris