Pont de paris

Architecture moderne et contemporaine

Accueil > Architecture moderne et contemporaine > La caserne des Célestins La Garde Républicaine

La caserne des Célestins La Garde Républicaine


18 boulevard Henri IV – M° Sully-Morland

3. marais

Construite à la place du couvent des Célestins, la caserne des Célestins est le siège de la garde républicaine à Paris. Elle a été construite de 1895 à 1901 par l’architecte Jacques Hermant.

JPEG - 91.8 ko
La caserne des Célestins - L’entrée donnant sur le boulevard Henri IV
©paris-promeneurs

Un couvent prestigieux

Créé en 1352, le couvent des Célestins est un couvent renommé situé à proximité de l’hôtel Saint-Pol, résidence royale. De nombreux princes y sont inhumés au fil des siècles.

En 1730, le couvent est reconstruit. A la Révolution, il est profané. Quelques pierres tombales sont sauvées par l’archéologue Alexandre Lenoir. Sous le Consulat, le couvent est transformé en caserne.

Un jeune architecte lauréat du concours

Entre 1895 et 1901, les derniers vestiges du cloître sont abattus lors de la construction d’une nouvelle caserne, la caserne des Célestins. L’architecte Jacques Hermant (1855-1930), lauréat du concours, donne les plans des nouveaux bâtiments.

Jacques Hermant est encore jeune architecte à cette époque et ce projet important va lui apporter une certaine notoriété. Il réussit à tirer partie d’un terrain peu commode, formé d’un triangle imbriqué dans un trapèze. Il choisit la bissectrice de la partie triangulaire comme axe de symétrie.

JPEG - 120.5 ko
La caserne des Célestins - Plan du rez-de-chaussée

La pointe du triangle, donnant sur le boulevard Henri IV et la rue Sully, est la partie noble réservée à l’Etat-Major. Les bâtiments à trois étages sont les plus richement traités, comme en témoignent les façades brique et pierre ornées d’un décor sculpté.

Situé dans l’axe de la bissectrice, le manège est le second point fort du parti choisi. Séparé de la pointe du triangle par une vaste cour d’honneur entourée d’une piste pour les chevaux, il sert de contrepoint au bâtiment de l’Etat-Major. Enfin, les bâtiments secondaires, voués aux services, sont relégués à l’arrière.

Les possibilités offertes par les nouveaux matériaux

Marqué par des préoccupations hygiénistes, l’architecte a pris le parti de fractionner le programme en disséminant les pavillons pour faire circuler l’air.

Pionnier du béton armé, Hermant n’hésite pas à recourir à ce matériau : le béton est utilisé pour les planchers portant les poteaux de chaque étage, mais il n’est pas laissé apparent. Il recourt également à l’usage du métal pour la charpente du manège, conçue dans les ateliers de Gustave Eiffel.

JPEG - 58.9 ko
La caserne des Célestins - La pointe du triangle réservée à l’Etat-major
©paris-promeneurs

L’influence de l’historicisme

Si le système constructif est audacieux, Hermant reste marqué par les styles historiques que lui a inculqué son maître en architecture, Vaudremer. Inspirés des palais florentins, les bossages   en pierre du premier niveau expriment un sentiment de « puissance calme ». Au-dessus, les façades de brique ocrée et les chaînages de pierre font directement référence à l’architecture française du début du XVIIe siècle.

Toutefois, le traitement un peu sec des façades est contrebalancé par des attributs sculptés, référence à la destination des bâtiments : peau de lion dans les cartouches, faisceau d’armes  , lauriers, casque gaulois, etc. L’ensemble des sculptures est réalisé par André Allard (1845-1926).

JPEG - 65.3 ko
La caserne des Célestins - Le manège

Enfin, sur la façade du manège, un bas-relief représentant un cavalier maîtrisant des chevaux libres imite le bas-relief du grand sculpteur Robert Lorrain à l’hôtel de Rohan. Le bas-relief s’inspire également des écuries de Chantilly construites pour les princes de Condé, considérées comme les plus belles écuries du XVIIIe siècle en France.

Pour l’architecte Jacques Hermant, voir également le groupe scolaire rue Championnet, le magasin Aux Classes Laborieuses, l’immeuble commercial rue Gaillon, l’agence centrale de la Société Générale, l’immeuble commercial 134 rue Réaumur, la salle Gaveau.

Source :
- La « cité des centaures » : l’architecture du quartier des Célestins par Jacques Hermant, 1890-1905, par Isabelle Ducos-Rouge.


18 boulevard Henri IV – M° Sully-Morland

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris