Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’Hôtel de Gallifet Institut culturel italien

L’Hôtel de Gallifet Institut culturel italien


73 rue de Grenelle – M° Solférino - 01 44 39 49 39

7e arrondissement

L’hôtel de Gallifet est un bel hôtel néo-classique construit à la fin de de l’Ancien Régime.

JPEG - 31.9 ko
L’Hôtel de Gallifet - Façade sur cour
©paris-promeneurs

Un hôtel en cœur d’îlot

A partir de 1784, l’architecte Etienne-François Legrand, secondé par le sculpteur Jean-Baptiste Boiston, commence la construction d’un hôtel pour le président au Parlement de Provence, le marquis Simon-Alexandre de Galliffet.

A l’origine, on accède à l’hôtel situé en cœur d’îlot par un passage monumental ouvrant sur la rue du Bac. Ce passage a disparu et l’entrée se fait par l’allée au n° 73 rue de Grenelle.

Des façades néo-classiques

L’hôtel conserve ses façades d’origines sur cour et sur jardin, relativement austères et caractéristiques du style néo-classique. Chacune est ornée par un portique   monumental : six colonnes ioniques} partent du sol. L’emploi de l’ordre colossal   se retrouve sur un autre hôtel parisien bâti à la même époque, l’hôtel de Montholon. Au-dessus, l’entablement   supporte le balcon du deuxième étage.

JPEG - 62.5 ko
L’Hôtel de Gallifet - Façade sur jardin

Des décors intérieurs remarquables

A l’intérieur, les décors des appartements sont singuliers. Le vestibule et le salon de compagnie communiquent directement par des baies ménagées entre des demi-colonnes ioniques (dans le vestibule) et des demi-colonnes corinthiennes   (dans le salon). A l’origine, des miroirs places entre les entre-colonnes multiplient les perspective à l’infini et créent une impression d’espace plus vaste.

Caractéristique du mouvement néo-classique, l’évocation du monde antique s’exprime dans les plafonds peints. L’ancienne chambre de parade est décorée de panneaux d’arabesques de style pompéien. Le grand salon est habillé de reliefs exécutés par Boiston.

JPEG - 55.7 ko
L’Hôtel de Gallifet - Le salon de compagnie

Une histoire mouvementée

Pendant la Révolution, l’hôtel est confisqué à ses propriétaires. Il est affecté au ministère des relations Extérieures. Le célèbre comte deTalleyrand-Périgord y donne en 1798 une somptueuse fête en l’honneur de Madame Bonaparte. Il quitte son poste en 1807 et est remplacé par le duc de Cadore.

En décembre 1815, le comte de la Valette, directeur des Postes sous l’Empire, s’y réfugie avant d’être emprisonné. Il est condamné à mort pour s’être rallié à l’Empereur pendant les Cent-Jours mais est sauvé grâce à sa femme qui prend sa place en prison, lui permettant de s’échapper en habits de femme.

Les héritiers Gallifet rentrent finalement en possession de leur hôtel en 1821. L’hôtel est divisé et loué en appartements. L’ Etat italien en fait l’acquisition en 1909 et y installe son ambassade dans un premier temps. En 1938, l’ambassade déménage à l’hôtel de Boisgelin.

L’hôtel de Gallifet sert aujourd’hui de cadre à l’ Institut culturel italien. Des expositions temporaires et de nombreux événements culturels y sont régulièrement organisés.

Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 15h à 18h.

Pour l’architecte Etienne-François Legrand, voir également l’hôtel de Jarnac.

Sources :
- Belles Demeures de Paris, Hachette Réalités, 1977.
- Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Hachette, 2008.


73 rue de Grenelle – M° Solférino - 01 44 39 49 39

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris