Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel Eugène Schneider L’ambassade du Brésil

L’hôtel Eugène Schneider L’ambassade du Brésil


34 cours Albert 1er – M° Alma-Marceau

8e arrondissement

Cet hôtel particulier du XIXe siècle a été fastueusement aménagé par Ernest Sanson pour Eugène II Schneider, patron d’un véritable empire sidérurgique. C’est aujourd’hui la chancellerie de l’ambassade du Brésil.

L’hôtel Schneider : la façade donnant sur le cours Albert 1er
©paris-promeneurs

La comtesse de La Ferronnays

Un vaste hôtel particulier est construit vers le milieu du XIXe siècle pour le compte d’un agent de change, Louis Gibert (1759-1864). En 1865, l’hôtel se transmet à ses deux filles, la comtesse Augustin de La Roche Aymon et la comtesse Adolphe de La Ferronnays.

Dame d’honneur de la comtesse de Chambord (épouse du prétendant au trône de France), la comtesse de La Ferronnays y donne des réceptions brillantes. Elle y reçoit notamment Philippe d’Orléans (1838-1894), comte de Paris et dernier prince royal, ainsi que l’ancien roi d’Espagne Don Carlos VII.

L’hôtel Schneider : les vestibule et au fond l’escalier d’honneur
©Ambassade du Brésil

L’industriel Eugène II Schneider

L’hôtel est acquis par la banque Demachy-Seillère. Il est vendu en 1900 à Eugène II Schneider (1868-1942), le richissime patron des usines Schneider du Creusot, spécialisées dans la métallurgie et la sidérurgie. L’entreprise fabrique alors rails, locomotives, armements, bateaux et aciers exportés à travers le monde.

L’hôtel Schneider : la salle à manger habillée de boiseries de style Louis XVI
©Ambassade du Brésil

Les aménagements d’Ernest Sanson

Dès leur arrivée, Eugène II Schneider et son épouse, Antoinette de Rafélis de Saint-Sauveur, font appel à l’architecte favori des grandes familles, Ernest Sanson (1836-1918), pour réaménager l’hôtel. Sanson est d’ailleurs en charge de plusieurs projets pour les Schneider : reconstruction du château de la Rivaulde (1900), rénovation du château de la Verrerie au Creusot (1905-1909).

Sanson n’a visiblement pas touché à l’enveloppe de l’hôtel, qui semblent plutôt avoir été reconstruite sous le Second Empire : les façades n’ont pas la finesse des édifices dessinés par Sanson. A l’extérieur, il aurait uniquement transformé la terrasse donnant sur la Seine en jardin à la française et ajouté au-dessus de la porte cochère un œil-de-bœuf.

Hôtel Schneider : le grand salon habillé de panneaux représentant des plantes et des oiseaux exotiques
©Ambassade du Brésil

En revanche, Sanson aménage avec un grand raffinement et une inspiration puisée dans les Arts décoratifs français du XVIIIe siècle, les pièces de réception : le vestibule, l’escalier d’honneur et sa rampe en fer forgé de style Louis XVI, la salle à manger, un salon de style Louis XVI blanc et or.

Mais la pièce la plus éblouissante reste le grand salon donnant sur la terrasse : il est orné d’une suite de panneaux décoratifs représentant des plantes et des oiseaux exotiques dans le goût de Pillement et Ranson.

L’ensemble est complété par des paysages peints au-dessus des portes et par des guirlandes et des chutes de fleurs dans les lambris bas, ainsi que par des compositions en grisaille, sur le thème des fables de La Fontaine. Les vantaux   des portes, dorés dans le style rocaille   chinois, et les lustres, ornés de feuillages et de fleurs en porcelaine, ajoutent encore de la fantaisie à la pièce. Le grand salon est devenu la salle de travail de l’ambassadeur.

En 1971, les descendants Schneider vendent l’hôtel familial au Brésil qui y a installé la chancellerie de son ambassade. L’ambassade du Brésil est régulièrement ouverte au public au moment des Journées du Patrimoine qui ont lieu chaque année sen septembre. Vérifiez le programme.

Pour l’architecte Paul-Ernest Sanson, voir également le Palais Rose, l’hôtel de Breteuil, l’hôtel Ephrussi, l’hôtel de Broglie, l’hôtel de Ganay, l’hôtel Rodolphe Kann, l’hôtel Maurice Kann, l’hôtel Porgès (démoli), l’hôtel de Voguë, l’hôtel de La Trémoille.

Sources :
Sorel (Philippe), Guide du promeneur 8e arrondissement, Paris, Parigramme, 1995.
www.paris.itamaraty.gov.br


34 cours Albert 1er – M° Alma-Marceau

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris